SEXUALITÉ / COVID-19

Ayez du plaisir en restant prudent

Collaboration Spéciale
Commentaires

Les besoins notamment sexuels sont demeurent bien que le monde soit boulervesé. Toutefois, les recommendations sont claires...

il faut éviter les rapports sexuels avec des partenaires occasionnels. Le coronavirus se transmet par tout contact physique, y compris lors de rapports sexuels.

Si plusieurs personnes se réunissent dans un espace restreint, notamment pour une orgie, le risque de transmission est extrêmement élevé.

Il est préférable reporter les rencontres sexuelles à plus tard afin de se protéger et de protéger les autres. Pour autant, cela ne signifie pas que l’on doit renoncer au plaisir et à la sexualité. Même en étant seul physiquement, il existe une multitude de façons plus créatives les unes que les autres d’avoir une sexualité satisfaisante.
 

Est-ce que je peux encore avoir des rapports sexuels avec des partenaires?

Oui, mais uniquement avec votre partenaire ou d’autres personnes vivant sous le même toit. Il faut préalablement être au clair sur l’accord concernant les partenaires en dehors du couple, qu’aucun ne présente de symptômes de corona et que personne d’autre ne vous rejoigne pour avoir des rapports sexuels. Si ces conditions sont réunies, vous pouvez avoir des rapports sexuels ! Il ne faut pas laisser le coronavirus gâcher votre plaisir. 

Les règles du sécurisexe protègent-elles aussi du coronavirus?

Le coronavirus se transmet par la salive, y compris les postillons, les règles ordinaire du sécurisexe ne sont donc pas efficaces. Il est donc recommandé d’éviter les rapports sexuels avec des partenaires occasionnels pendant la crise du coronavirusCela dit, cest plus facile à dire qu’à faire. Pour répondre à ces envies sexuelles, il est possible de trouver des alternatives : la masturbation, le porno, les sextos ou les chats en ligne y compris avec cam en direct… heureusement qu’il reste l’internet !

Puis-je quand même faire un dépistage du VIH et des autres IST?

Les cliniques comme L’Actuel  et le CMU du Quartier Latin maintiennent leurs offres de services de santé et de dépistage à toutes personnes ne présentant pas de symptômes associés au COVID-19 (Toux sèche, fièvre, difficulté à respirer, mal de gorge, diarhhée). Mais ailleurs, il est possible que les dépistages de routine doivent être reportés pour le moment. En l’absence de symptômes et d’exposition au VIH, il est recommandé d’attendre quelques semaines.

Je prends la PrEP mais je n’ai pas de rapports sexuels en ce moment. Dois-je faire une pause?

En période d’abstinence sexuelle, il peut est pertinent de faire une pause dans la prise de la PrEP. Mais avant d’arrêter, il est important de prendre encore un comprimé par jour pendant 7 jours après le dernier rapport sexuel. Important : avant de reprendre une activité sexuelle, il faut réinitier la PrEP correctement.

La PrEP protège-t-elle contre le COVID-19 ? Qu'en est-il des autres médicaments contre le VIH?

Non. Bien qu’il y ait eu des rumeurs selon lesquelles la PrEP protègerait également du Coronavirus, cela est faux.  Ce qui est vrai, c’est que certains médicaments contre le VIH pourraient être capables de maitriser la réplication du coronavirus dans l’organisme. Il s’agit essentiellement du Kaletra (Lopinavir/Ritonavir) car il y a eu des rapports de cas individuels et parce que le Kaletra a été utilisé dans des essais contre le SRAS en 2004. Cela dit, les premiers résultats sont plutôt décevants. On espère maintenant que ces médicaments pourraient être plus efficaces s’ils sont utilisés à un stade plus précoce de l’infection. D’autres essais sur l’utilisation du Kaletra contre le coronavirus sont toujours en cours.

Une infection par le coronavirus pourrait-elle avoir un effet sur un dépistage du VIH?

Jusqu’à présent, aucune infection n’a remis en question la fiabilité des dépistages du VIH – pas même une infection par les quatre souches de coronavirus actuellement en circulation. Les anticorps contre le SRAS-CoV-2 (virus responsable du COVID-19) ne devraient donc pas interférer avec un dépistage du VIH.

Source : DrGay.ch