Opnion

Héros et bouc émissaire

Edward Sanger
Commentaires

Je suis allé faire mes courses dernièrement, ma seule sortie de la semaine, pensant que les mesures de sécurité allaient mettre du plomb dans la tête des gens, je vois plutôt des personnes qui se moquent des travailleurs qui mettent leur vie en jeu afin que les autres puissent mieux vivre durant cette crise. Certains sont considérés comme des battants, alors que les autres se font traiter comme des moins que rien.

Depuis le début de la crise, le gouvernement a émis des consignes pour essayer de ralentir le risque de contamination de la Covid-19. Les hôpitaux, les maisons de retraites, les épiceries et les dépanneurs ont suivi le pas. Tous ont des mesures qui leur sont propres. 

Des règlements ont été écrits dans un langage clair, avec des mots précis et un langage que n’importe qui peut comprendre. Mais malheureusement, ce n’est pas tout le monde qui comprend qu’on est dans une situation où la vie est en danger et qu’il faut respecter les règles pour éviter la perte de vies humaines.

 

Des héros mal compris

Des médecins qui sont en première ligne pour nous soigner, des caissiers qui nous permettent de nous nourrir, des bénévoles qui sont là pour aider les plus démunis et la police qui fait régner la loi pour éviter le chaos. Comment certains les remercient ? En se révoltant pour un rien, en ne respectant pas la limite de distance et en étant impatient.

Voici quelques exemples négatifs que j’ai trouvés sur le net, qui montrent que la plupart des gens sont inconscients des actions qu’ils posent envers ceux qui essayent de rendre notre vie plus facile en ces temps difficiles.

Un homme qui crache sur de l’argent comptant et le lance à la caissière d’un dépanneur. Il a déjà fait le plein de son véhicule et refuse de payer par débit. Il s’en va sans remercier l’employée.

En Italie, un homme a tué sa petite amie infirmière croyant avoir reçu la maladie par cette dernière, il l’étrangle de sang-froid. L’autopsie a révélé qu’elle n’était pas porteuse du virus. 

En France, on crève les pneus des aides-soignants et on menace des infirmières dans le voisinage et leur demandant, dans une lettre, de quitter les lieux, car ils sont un danger pour tous.

Au Québec, des rassemblements se font encore malgré les nombreuses recommandations du Premier Ministre. À Saguenay, par exemple, il y a eu deux arrestations pour party illégaux. Je comprends qu’on a envie de voir du monde, autre que par la vidéo et par le téléphone, mais il est préférable de se tenir tranquille plutôt que de recevoir une amende de 1546 $ pour non-respect de la loi.

Et que dire de la discrimination est faite envers les personnes de la communauté LGBTQ2+ qui reçoivent des lettres d’avertissements et de menaces dans des résidences où elles offrent leur temps pour aider le personnel. Car, comme le Sida, selon les plaignants, nous allons propager, la Covid-19 à vitesse grand V et contaminer les personnes âgées.

 

La faute à qui ?

Les seules personnes que nous devons blâmer, c’est nous. Plus précisément, les personnes qui ne comprennent pas que des règles sont faites pour le bien de tous, mais surtout pour éviter d’autres pertes inutiles et aider les autres en respectant les consignes de bases.

Quand je vois dans ma région le nombre d’appels de dénonciation pour non-respect des mesures de sécurité, je suis soulagé.

Ce n’est pas du léchage de botte que d’être un citoyen modèle, c’est au contraire un service qu’on rend à tous.

 

Hommage

En terminant, à tous les gens qui sont encore au travail, vous méritez des éloges pour ce que vous faites. 

Quand j’ai fait mes courses, j’ai eu affaire à une caissière qui avait de la misère avec la machine Interac. J’étais son premier client et elle gardait toujours le sourire, malgré ses erreurs de débutante. Pourquoi s’impatienter face à une personne qui veut juste rendre notre épicerie plus agréable en ces temps difficiles ? 

Et l’emballeur, qui souriait en tout temps et qui me demandait comment j’allais, comment a été ma journée et que malgré des propos sur des sujets actuels, il n’a pas été triste. Au contraire, il a ri en disant de garder le moral.

Comme quoi, il reste toujours de la lumière en ces temps plus ténébreuses.

Merci à vous tous pour votre aide.

Et un remerciement particulier au Dr. Anthony Fauci. Qui est-ce? C’est le médecin de la Maison Blanche qui a osé contredire un dirigeant qui s’est moquée des futurs morts en faisant référence à ses prouesses sexuelles en blague.

Le Dr. Fauci est l’équivalent de notre Dr. Arruda qui, tous les deux sont reconnus pour leur bon sens et la mise en vigueur des mesures qui assurent la sécurité de tous.