Bosnie

Petite ouverture aux couples de même sexe

L'équipe de rédaction
Commentaires

Plusieurs mois après la première Pride de Sarajevo, une des entités nationales formant l’État des Balkans a mis en place un groupe de travail sur la question des partenariats entre personnes de même sexe.

Le gouvernement de la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine, qui couvre 51% du territoire et rassemble 2 millions d’habitants en majorité d’ethnie croate et bosniaque (musulmane), annonçait la semaine dernière la mise en place d’un groupe de travail pour répondre à la demande de citoyen·ne·s gais et lesbiennes ayant conclu des mariages ou des partenariats à l’étranger. 

Il est encore trop tôt encore conclure qu’il s’agit là d’une première reconnaissance pour les couples de même sexe en Bosnie-Herzégovine. Le groupe de travail doit se réunir dès ce mois-ci, notamment avec des représentants de la société civile, rapportait Balkan Insight. 

Certains croient qu’un projet de loi pourrait même être déposé d’ici la fin de l’année. L’autre entité nationale, la Republika Srpska à majorité serbe, n’a entamé aucune démarche de ce type à ce jour. 

Rappelons que ce pays a notamment mis en place en 2016 des lois contre la discrimination qui incluent les minorités sexuelles et de genre. Toutefois, comme dans la plupart des pays de l’ex-Yougoslavie, l’opinion publique reste très hostile au mariage égalitaire. La Serbie et la Croatie voisines l’ont toutes deux exclu constitutionnellement. Le second pays, membre de l’UE, accorde toutefois une reconnaissance limitée aux concubins, quelque soit leur orientation.

Dernière capitale européenne à le faire, Sarajevo a accueilli en septembre dernier sa première véritable Pride, après plusieurs initiatives qui s’étaient heurtées à une forte hostilité et à des menaces, notamment de la part des mouvements et leaders islamiques. La marche s’est déroulée pacifiquement, bien que 58% des habitants de la ville étaient opposés, selon les résultats d’un sondage.