Témoignage de confinement de Mathieu Chantelois

«La COVID-19 et le confinement nous obligent à donner le meilleur de nous-mêmes»

Yves Lafontaine
Commentaires

La COVID-19 a chamboulé nos vies d’une manière qu’il est encore difficile à mesurer. Nous avons demandé à Mathieu Chantelois, vice-président communications du Fonds des médias du Canada (et directeur général de Pride Toronto de 2014 à 2016) de nous dire comment cette crise l’affecte personnellement…

Comment la crise de la COVID-19 t’a-t-elle affecté personnellement ?

Comme tout le monde, cette crise m’affecte beaucoup. Dans ma vie, il y aura définitivement un avant et un après coronavirus. Le cliché est vrai: plus rien ne sera tout à fait pareil, que ce soit dans ma manière de consommer ou de prendre soin des gens que j’aime.

Présentement dans l’espace où tu vis, es-tu seul, avec ton conjoint, de la famille (enfants, parents, autres), un ou des colocs, des animaux?

Je suis à la maison. Mon conjoint et moi, nous revenons tout juste de l’Hôpital général de Woodstock, en Ontario, où est né notre fils Oscar-James. Il pèse huit livres et est resplendissant de santé.  

Pour des conjoints de même sexe, fonder une famille, c’est toute une aventure! Nous sommes devenus parents grâce à une donneuse d’ovules et une extraordinaire mère porteuse. Nous sommes privilégiés d’avoir reçu un si beau cadeau de la vie. 

Nous tenons d’ailleurs à saluer l’extraordinaire travail du personnel hospitalier. Alors que nous sommes dans le confort de notre foyer, ces intervenant(e)s de la santé sont au front, face à un ennemi invisible et des conditions plus qu’insoutenables. Je comprends qu’ils soient inquiets pour leur propre santé. Je pense constamment à eux et leur envoie des ondes positives. Ensemble, prenons soin de ceux qui prennent soin de nous!

À quoi ressemblent tes journées ces temps-ci ? 

Mes journées, soirées et nuits s’enchevêtrent et ressemblent à celles de beaucoup de nouveaux parents: je change des couches, donne des boires et chante des berceuses dans le creux d’une petite oreille. En congé de paternité, mon conjoint prend le relais lorsque je fais du télétravail. Je crois que nous formons une superbe équipe!

Durant cette période, nous avons beaucoup de temps pour soi… Comment fais-tu pour que le confinement se passe mieux ?

Contrairement à plusieurs personnes, j’ai très peu de temps pour moi. Chaque jour, je trouve néanmoins quelques minutes pour parler à des amis ou aux membres de ma famille, en portant une attention toute particulière à ceux qui vivent seuls. Pour égayer leur journée, je leur montre les beaux sourires d’Oscar-James via Zoom ou FaceTime. 

À la maison, que portes-tu habituellement ? 

Tous les matins, je m’habille comme si je devais aller au bureau. Je ne suis pas de ceux qui jubilent à l’idée de passer des heures en vidéoconférence sans pantalon!

As-tu des recommandations ou des suggestions pour rendre cette «pause» plus facile à passer ?

Les réseaux sociaux nous montrent souvent les exploits des gens isolés chez eux, ce qui exerce une pression à «réussir» notre propre confinement. Décrochons un peu et cessons de nous culpabiliser de ne pas être ultra-performants! Certains jours, il est tout à fait acceptable de manger de la crème glacée pour souper, de ne pas faire de sport, de ne pas être créatifs, de ne pas cuisiner… 

Mon seul objectif, en ce moment, c’est d’arriver une bonne fois pour toutes à bien prononcer «Arnold Schwarzenegger» et «sauce Worcestershire»! 

Qu’est-ce qui te manque le plus, ces temps-ci? 

Ma famille. Depuis des années, j’ai rêvé du jour où je pourrais enfin lui présenter en personne mon enfant. Ce n’est que partie remise. Même si l’attente est assez difficile, je sais que ce jour viendra. 

Que fais-tu pour maintenir un contact avec l’extérieur ou maintenir une solidarité? 

Dans les premiers jours de la crise, j’ai lâché un coup de fil à l’acteur Marc-André Grondin. Il m'a confié qu'il avait déjà visionné en rafale une kyrielle de documentaires et qu’il avait le sentiment d'avoir fait le tour. Il souhaitait consommer plus de contenus d’ici et découvrir de nouveaux créateurs et créatrices. 

C’est alors qu’est venue l’idée d’un road trip pancanadien virtuel. Ensemble, nous avons développé un concept rassembleur: faire voyager, sur la grande route de la solidarité, les histoires de chez nous pendant 30 jours.
Nos ambitions étaient de revisiter des classiques oubliés, braquer les projecteurs sur de brillants artistes, titiller la curiosité des internautes et illuminer leur quotidien assombri par la pandémie.

Marc-André a tout de suite pensé à son pote Jay Baruchel comme ambassadeur anglophone. Les deux acteurs sont complices depuis qu’ils ont joué dans la comédie de hockey Goon: Dur à cuire, en 2012. Il a suffi d’un appel dans la résidence de Jay à Toronto pour le convaincre de dire «oui, buddy!».

Tous les jours d’avril, sur l’heure du lunch, les deux comédiens publient une suggestion télé ou ciné sur leur compte Twitter respectif (@MA_Grondin et @BaruchelNDG), que notre équipe relaie sur @celebronsNOUS et @made_nous. En moins de 280 caractères, ils résument le synopsis de «l’œuvre du jour», mentionnent son lieu de tournage et donnent une bonne raison de la voir. Je les aide dans leurs choix et à coordonner le tout. 

Célébrer ceux qui nous divertissent ne va pas mettre fin à la crise, mais durant cette période d’isolement, c’est un moyen de nous serrer les coudes – chacun de notre côté. 

Considères-tu que les gouvernements — ici ou ailleurs — gèrent adéquatement la situation? 

Je trouve que nos gouvernements font un bon travail. Je suis particulièrement heureux de voir tous les partis politiques laisser les querelles partisanes de côté.

Évidemment, je ne peux pas en dire autant d’un certain «clown», voisin du Sud…            

Que penses-tu retirer de l’expérience que l’on vit présentement? 

La crise de la COVID-19 et le confinement nous obligent à donner le meilleur de nous-mêmes et à accomplir des choses qui nous semblaient impossibles de faire en temps normal… Devenir papa, pour moi, aura été ce moment de grâce.

Puis, depuis hier, je commence à mieux prononcer «Arnold Schwarzenegger» et «sauce Worcestershire»! Il y a de l’espoir!

Crois-tu que ta vie (ou celle des autres) sera transformée par la suite au niveau de nos interactions sociales? Si oui, de quelle(s) manière(s)? 

J’aurai encore plus de respect pour tous les travailleurs qui se sont retrouvés en première ligne face au virus. Je tenterai d’être plus patient envers eux lorsque j’irai au supermarché, à la pharmacie ou à l’hôpital après le confinement.

Par ailleurs, je suis une personne qui aime les câlins. Une fois la crise terminée, je compte bien en donner davantage à ceux et celles qui en voudront.

Des inquiétudes pour l’avenir? 

Oui! Il est temps de penser plus sérieusement à l’avenir de notre planète! La baisse de CO2 que nous connaissons depuis le début de la crise ne sera pas suffisante pour résoudre le problème du réchauffement climatique. Nous devons trouver des solutions structurelles novatrices pour réduire notre empreinte écologique et notre surconsommation à long terme. 

Un message d’espoir que tu veux lancer? 

Celui que nous claironnons en chœur depuis quelques semaines déjà:
«Ça va bien aller!»