TÉMOIGNAGE EN CONFINEMENT D'ANDRÉ DESBIENS

«Je me suis endormi un soir dans un monde que j’aime et me suis réveillé dans un autre monde…»

Yves Lafontaine
Commentaires

La COVID-19 a chamboulé nos vies d’une manière qu’il est encore difficile à mesurer. Nous avons demandé à André Desbiens, courtier immobilier, de nous dire comment cette crise l’a affecté personnellement…

Comment la crise de la COVID-19 t’a-t-elle affecté personnellement ?

Je me suis endormi un soir dans un monde que j’aime, où tout grouille autour de moi; je venais de passer une journée à mon bureau de Remax du Cartier tout fenestré, face à la charmante rue Shamrock dans la Petite Italie qui amène au Marché Jean-Talon et je me suis réveillé le lendemain dans un autre monde… où tout ce qui m’anime, mon enthousiasme à pratiquer mon métier, mes multiples rencontres et partages habituels avec mes amis et ceux que j’aime ne s’avèrent plus possible. 

Présentement dans l’espace où tu vis, est-tu seul, avec ton conjoint, de la famille, un coloc, des animaux?

Dans la semaine précédente, je flairais ces possibilités de grands changements; je m’étais donc mis en période «préparation» pour la maison, ce que j'ai en réserve ou pas. Et je me suis mis en mode de faire le marché pour moi et pour deux amis qui rentraient de voyages. J’habite maintenant seul coin Wolfe, un espace que j’aime beaucoup et le premier geste d’envergure a été de préparer la terrasse derrière chez moi qui donne sur des arbres, de nettoyer le tout… d’installer les meubles et coussins, le BBQ…

À quoi ressemblent tes journées ces temps-ci?

Les premiers dix jours du confinement furent pour moi une acrobatie pour mon travail qui ont été dédiés à des transactions immobilières à notarier, malgré l’incertitude de la Chambre des Notaires à émettre un tout nouveau protocole pour coordonner des signatures et surtout créer un environnement fiable où les acheteurs et vendeurs ne sont pas présents ensembles, et que ces signatures se fassent. J’avais quatre transactions totalisant 2 412 000$ pour signature à finaliser chez quatre notaires différents. À ce jour (NDLR. : au moment de faire l’entrevue), trois ont bel et bien été publiées au Registre foncier et une dernière a été reportée en début mai. 

Durant cette période, nous avons beaucoup de temps pour soi… Comment fais-tu pour que le confinement se passe mieux? Que fais-tu pour maintenir un contact avec l’extérieur ou maintenir une solidarité?

Étant un habitué de [email protected] avec tout un groupe d’amis, un de mes amis a coordonné la plateforme Zoom et on se fait une quotidienne. Parfois, on parle de sujets plus sérieux, mais c’est souvent un partage amusant de taquineries et même de sujets parfois légers, mais qui, somme toute, sont un réconfort, de bons moments de partage entre amis (un petit groupe de 16/18 personnes).

À la maison, que portes-tu habituellement?

Pour ma période de confinement, je demeure tout de même en télétravail; même heure du lever, même lecture de mes quotidiens/journaux et je ne reste pas en pyjama et ni en t-shirt et ou en mou. Donc, souliers et un habillement qui me force à une certaine discipline. Je ne suis pas quelqu’un qui a un naturel pour le télétravail.

As-tu des recommandations ou des suggestions pour rendre cette «pause» plus facile à passer?

Je consacre pas mal de temps au cours de chaque journée à rejoindre, converser et planifier les mois qui viennent avec des clients et bien sûr suivre les points de presse et échanger avec ma petite planète d’amis(es) et de connaissances.

Qu’est-ce qui te manques le plus, ces temps-ci?

Les moments de célébrations me manquent, j’aime être enjoué, partagé les lunchs avec mes collègues au bureau et bien sûr mes petit [email protected] avec les amis et les restos…

Que fais-tu pour maintenir un contact avec l’extérieur ou maintenir une solidarité?

Je me suis inscrit à plusieurs formations sur le WEB, soit celles de Remax Quebec, celle que mon président Serge Brousseau de Remax du Cartier organise sur Zoom et des formations obligatoires pour maintenir ma licence de courtier immobilier agréé à L’OACIQ. Ce qui est sûr, c’est que je réalise que je ne suis pas fait pour la retraite.

Considère-tu que les gouvernements — ici ou ailleurs — gèrent adéquatement la situation?

J’ai passé pas mal de temps à créer et gérer le peu de graphiques que les médias nous fournissaient au départ pour peser et ou pour tenter de mieux comprendre ce qui nous arrivait et nous tombait dessus. J’ai échangé avec quelques amis des scénarios, des dates, des scénarios de ce qui pourraient se dessiner. Je suis le point de presse de M Legault et ou celui d’Ottawa et, bien sûr, aux USA (Cuomo et ou Trump). J’aime bien la façon que Monsieur Legault a adopté, comme un leader clairement ébranlé par moments mais une solidité avec laquelle il fait de son mieux; un excellent leader.

Que penses-tu retirer de l’expérience que l’on vit présentement?

J’ai eu dans mon passé l’occasion de gérer et expérimenter des périodes de crise; j’ai vécu le «Verglas» alors que je dirigeais une société propriétaire de 380 bâtiments de toutes sortes (résidences de personnes âgées, bâtiment commerciaux, hôtels, etc.) aussi, des ouragans à Cuba où j'ai dû organiser un rapatriement et un autre pour coordonner un confinement à Ciego 

d’Avila (je coordonnais les activités hôtelières au début des années 2000 du El Senador a Cayo Coco, un hôtel de 700 chambres); mais la grosse différence pour moi avec cette crise est que l’on vit un absolu moment où tu ne peux rien coordonner, organiser, prévoir. Je me dois donc de respecter des consignes, aider certaines personnes de mon voisinage et attendre l’évolution.

Crois-tu que ta vie (ou celle des autres) sera transformée par la suite au niveau de nos interactions sociales? Si oui, de quelle(s) manière(s)?

Ce qui me réconforte beaucoup dans ce moment-ci — et comme j’ai beaucoup de temps libre — est d’échanger avec des amis, des connaissances où les uns et les autres se sont rapprochés, où chacun se soucie de l’un et l’autre.

Des inquiétudes pour l’avenir?

Je suis un privilégié avec mon métier de courtier et je n’ai pas cette inquiétude pour l'avenir, mais je réalise que pour beaucoup il existe de très grandes inquiétudes pour l’avenir. Comme je fais aussi des dossiers de type commercial; je vois et je parle à de petites entreprises qui doivent faire face à leur loyer, gérer un cash-flow difficile. Ça, c’est la chose qui m’inquiète et je tente au mieux de participer et de les épauler.

Un message d’espoir que tu veux lancer?

Mon espoir le plus grand serait que la solidarité que l’on voit autour de nous et à travers nos médias, ici, au Québec puisse être présente lors d’un retour à une vie plus normale.