Jeunes trans

«Chers parents, voici qui je suis réellement»

Sébastien Thibert
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Fugues
L’organisme Enfants transgenres Canada a pu compter sur un soutien financier de 200 000 $ du Groupe Banque TD entre 2017 et 2020.
 
Suis-je une fille? Suis-je un garçon? Suis-je entre les deux? Suis-je ni l’un ni l’autre ? Dès l’âge de 3 ans, tous les enfants, qu’importe leur situation familiale, leur éducation ou leur origine, entrent dans une phase d’exploration sur leur identité de genre. Pour certaines personnes, le constat est clair : le sexe qui leur a été assigné à la naissance ne leur correspond pas. 
 
Bien que de nombreuses personnalités, entreprises ou organisations au Québec soient mobilisées pour offrir un environnement inclusif et sécuritaire pour tous, très peu de gens sont familiers avec la transidentité. Parents ou tuteurs, familles élargies, compagnons d’école, enseignants… Des dizaines de personnes gravitent quotidiennement autour des enfants trans, mais sont-elles équipées pour les informer, les appuyer et les comprendre? Transition sociale, transition légale, transition médicale… Par où commencer et quelles sont les ressources disponibles?
 
Enfants transgenres Canada est le seul organisme communautaire de référence basé à Montréal à lutter activement pour soutenir, outiller et protéger les jeunes trans, non binaires, fluides sur le plan du genre et leurs familles. 
 
« Au Québec, des centaines de familles se sentent isolées, sous l’impression qu’elles sont jugées et que personne ne peut les soutenir. Des centaines d’enfants sont stigmatisés, ridiculisés, incompris. Ainsi, nous avons une mission absolument unique; celle de les accompagner, de les informer, d’échanger dans un climat ouvert et de créer des connexions entre les familles », formule Antoine Beaudoin Gentes, directeur des opérations et du développement chez Enfants transgenres Canada. 
 
Un réseau d’entraide solidaire et des activités constructives
En offrant du soutien, de l’information et des opportunités de réseautage pour les parents, étudiants, enseignants, éducateurs, professionnels de la santé, chercheurs, activistes et jeunes à travers le Canada, l’organisme contribue à transformer le monde en un espace sécuritaire, valorisant et agréable. En plus de ses activités, son offre complète de formation et son implication soutenue pour la défense des droits des jeunes enfants trans (projet de loi n° 103), l’organisme met sur pied de nombreux projets éducatifs, dont Au cœur de toi, le premier outil éducatif transgenre au monde.
 
Un soutien financier qui a tout changé
En 2017, dans le cadre de la conférence nationale de Fierté Montréal sur les droits des personnes LGBTTIQA2S, le Groupe Banque TD a annoncé un don important de 100 000 $ sur deux ans à Enfants transgenres Canada. Ce soutien financier a par ailleurs été renouvelé par l’institution bancaire en 2019. 
 

Jeune Trans

« La TD a offert à Enfants transgenres Canada son tout premier financement, celui qui a permis l’embauche des premiers employés permanents. Je suis fier de dire qu’en choisissant de soutenir notre organisme, la TD a agi en réel précurseur. En 2017, nous parlions beaucoup moins d’acceptabilité sociale, mais la TD a su voir l’importance de notre mission et s’est jointe à nous. Nous sommes privilégiés! », souligne M. Beaudoin Gentes.
 
Aujourd’hui, le fonds TD renforce les capacités de l’organisme, soutien l’équipe de travail et sa permanence, en plus de structurer et d’assurer les activités de l’organisme.
 
« Si j’avais un souhait à formuler pour l’avenir, ce serait que collectivement, nous arrivions à déconstruire nos conceptions et à travailler ensemble pour soutenir, comprendre et protéger les enfants trans et leur famille. J’incite les gens à élargir leurs horizons; nous avons tous et toutes un pouvoir d’action et pouvons entraîner le changement. En 2020, nous avons la chance de mieux comprendre toute la complexité des questionnements identitaires; ne nous braquons pas, soyons curieux et curieuses. Les enfants trans font partie des groupes les plus vulnérables de notre société, avec un taux d’idéation suicidaire alarmant. Il faut poursuivre le travail pour briser l’isolement et enrayer la transphobie », conclut M. Beaudoin Gentes.