Témoignage en confinement de Dominick Juneau

«L’amour, l’entraide et la solidarité communautaire sont essentiels»

Yves Lafontaine
Commentaires

La COVID-19 a chamboulé nos vies d’une manière qu’il est encore difficile à mesurer. Nous avons demandé à Dominick Juneau, barman/serveur, acteur et modèle, de nous dire comment cette crise l’affecte…

Comment la crise de la COVID-19 t’a-t-elle affecté personnellement?

La crise a complètement mis ma vie sur pause étant barman/serveur au restaurant Leméac, ainsi que lors des partys District et pour les événements de Fierté Montréal en août.

Présentement dans l’espace où tu vis, es-tu seul, avec ton conjoint, de la famille ou des animaux?

Malgré tout, je vis la covid-19 assez bien, entouré de mon bel amour Pascal, Carlito le Pug et notre grand Danois, Tom.

À quoi ressemblent tes journées ces temps-ci?

Pascal (mon conjoint) et moi avons passer les dernières semaines à reniper complètement le bar le Normandie ensemble. On a tout repeint, reteint et nettoyer de A à Z. Nous avons tellement hâte que le public et l’équipe viennent en profiter! Je fais aussi des petites chroniques live sur Facebook qui s’appelle Corona Cocktails et je commence l’aménagement paysager de notre maison avec le beau temps qui arrive. J’ai aussi commencé à écrire mes mémoires sur ma vie tumultueuse, avec bien sûr... beaucoup de sexe!

 

À la maison, que portes-tu habituellement?

Je suis devenu un vrai «homme de maison» en track suit Adidas (rires). Cela dit, chaque soir, on se force a mieux s’habiller pour une date night confinée…

Durant cette période, nous avons beaucoup de temps pour soi… Comment fais-tu pour que le confinement se passe mieux?

Chaque semaine, nous nous faisons une liste de petites choses à faire, à nettoyer, à lire ou des objectifs d’exercices. Après chaque étape franchie, ça donne un sentiment d’accomplissement. Je suis un vrai workaholic hyperactif, je dois absolument me garder occupé pour garder le moral.

Qu’est-ce qui te manque le plus, ces temps-ci?

Les gens... je m’ennuie tellement d’échanger au quotidien avec mes amis, clients et collègues. Je m’ennuie de regarder les gens dans les rues, je m’ennuie des restaurants et des découvertes culinaires. Et je m’ennuie vraiment beaucoup des artistes du Village, ceux qui font du Village ce qu’il est. 

Que fais-tu pour maintenir un contact avec l’extérieur ou maintenir une solidarité?

Je parle à des amis et famille, je publie des comptes-rendus de mes journées en Instagram stories, je fais des petits live, je jase à distance avec mes voisins. Je regarde chaque drag show live qui est proposé sur Facebook ou YouTube et je contribue monétairement. C’est très important de soutenir nos drags locales!

Considères-tu que les gouvernements — ici ou ailleurs — gèrent adéquatement la situation?

Ici oui! Le Premier ministre Legault et son équipe font un travail remarquable et cette crise permet à tous de se réajuster sur certaines politiques et façons de faire, surtout concernant les CHSLD. Je suis obsédé par la politique américaine et, fidèles à eux-mêmes, nos voisins s’engouffrent dans un désastre socio-économique-culturel. Si ça peut annoncer la fin de la dicta-ture Trump, ça sera au moins ça de pris.

Que penses-tu retirer de l’expérience que l’on vit présentement?

Ce que j’en retire, c’est de la gratitude. Je dis merci à la vie d’avoir des amis incroyables, une famille exceptionnelle, un travail enrichissant, une santé de fer et un amoureux très patient.

Crois-tu que ta vie (ou celle des autres) sera transformée par la suite au niveau de nos interactions sociales? Si oui, de quelle(s) manière(s)?

Je réalise à quel point l’amour, l’entraide et la solidarité communautaire sont essentielles au bon fonctionnement des choses. Les gais du Québec doivent plus s’impliquer dans la communauté LGBTQ+ et dans son développement. Je m’implique à ma manière depuis 12 ans avec Fierté Montréal et lors d’événements LGBTQ+. J’espère que les jeunes et moins jeunes réaliseront que nous devons tous soutenir les commerces, bars, événements et alliés LGBTQ+ de Montréal. C’est un écosystème fragile qu’il faut préserver.

 Des inquiétudes pour l’avenir?

Je suis inquiet pour les commerces qui n’ont pas les reins assez solides pour traverser cette crise, sans revenus et avec des dépenses comme les loyers et les taxes commerciales. En ce sens, je suis inquiet pour l’avenir du Village, avec l’incertitude que se tienne ou non la rue piétonnière cet été. Les commerces et les commerçants auront tous besoin de nous et de nos bidous… :) 

Un message d’espoir que tu veux lancer?

Chaque jour, prenez 2 min pour dire merci à la vie, pour dire merci aux gens que vous fréquentez et partager l’amour autour de vous! C’est avec toute une énergie positive que la vie reprendra son cours! Je vous aime et on se revoie bientôt!