Sur Netflix

Voilà pourquoi il ne faut pas passer à côté de The Half of It.

Chantal Cyr
Commentaires

Les nouveautés Netflix n'en finissent plus et il y a quelques jours c'est le verdict de Si tu savais... qu'on vous a proposé, la rom-com lesbienne d'Alice Wu (à qui on doit aussi Saving Face). Celles et ceux qui l'ont vu le savent, The Half of It raconte l'histoire d'Ellie, qui écrit des lettres d'amour à Aster pour le compte de son ami Paul. 

Mais si c'est le très classique triangle amoureux qui provoque l'histoire, le reste du film n'en est pas moins aussi novateur que rafraîchissant. Car l'histoire d'amour au cœur du film est entre deux filles, et force est de constater que ça ne court toujours (malheureusement) pas les rues.

L'homosexualité d'Ellie n'est pas exprimée de façon brutale et nette, elle est montrée en douceur via les différentes façons dont Ellie tombe amoureuse d'Aster. Une manière subtile de raconter un coming-out, dans lequel nombre de lesbiennes et bisexuelles pourront sans doute se reconnaître. D'où l'importance d'une production comme celui d'Alice Wu, qui permet enfin d'assister à une histoire d'adolescent-e-s qui grandissent et se découvrent, d'un autre point de vue que de celui d'un jeune homme cisgenre, blanc et hétérosexuel, comme c'est le cas de la majorité de ce genre de films.

The Half of It prend le temps de développer la relation entre ses 3 protagonistes de façon équilibrée, et permet aussi de dépeindre une amitié entre Ellie et Paul aussi importante que les sentiments d'Ellie pour Aster. La peur de l'abandon est omniprésente à une période définie par le changement, et le fait qu'Ellie puisse faire son coming-out tout en gardant son meilleur ami souligne un message essentiel pour n'importe quelle personne queer : les gens qui nous aiment vraiment, nous aiment tels que nous sommes, pas tels qu'ils voudraient qu'on soit. Avec 3 personnages attachants, The Half of It  fait une entrée directe dans les films à ne pas rater, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus besoin de marteler un message pourtant si simple : aimez qui vous voulez.