Série télé

Insatiable : Une comédie et une réalité

Edward Sanger
Commentaires

Avec seulement deux saisons, la série Insatiable est diffusée sur la plateforme de Netflix. Malgré des scandales sur la grossophobie, des clichés flagrants sur (ou à propos de) la communauté LGBTQ+ et les concours de beauté aux États-Unis, les messages donnent matière à réflexion sur les véritables critères de standard des concours régionaux, nationaux et internationaux.

Insatiable est lancée en août 2018. Crée par Lauren Gussis, scénariste de la série Dexter, cette comédie à l’humour noire suit les aventures d’une ancienne victime d’intimidation et d’un ancien avocat et entraîneur de concours de beauté. Patty « la truite », Bladell, jouée par Debbie Ryan, se lance dans l’univers des Miss Amérique, depuis sa perte de poids causée par une agression face à un itinérant. Elle sera aidée par Robert Armstrong, joué par l’acteur Dallas Roberts, un avocat faussement accusé d’attouchements sexuels envers une ancienne cliente et candidate pour un concours de beauté.

Tout au long de la série, Patty Bladell entamera une vengeance contre tous ceux qui l’ont maltraité et qui la vénèrent maintenant qu’elle fait un poids normal. Elle gravira les échelons des concours de Miss Amérique pour prouver qu’être grosse ne fait pas une différence pour gagner une couronne.

 

À fond sur les stéréotypes

L’univers d’Insatiable explore beaucoup sur la communauté LGBTQ+, sur la sexualité et sur l’identité de soi. Le polyamour, la transsexualité ou encore le BDSM se mélangent à l’histoire. 

On retrouve aussi des clichés humoristiques comme voir deux hommes faisant leur jogging torse nu au ralenti, une pancarte électorale douteuse avec un hot-dog ou encore le cliché classique des hommes efféminés par leur façon de parler et par leur manière de se comporter avec les autres.

Mais principalement, la série traite des jugements de la société comme les préjugés sur l’apparence, la prise de poids, les sextapes des mannequins et la dépendance à la nourriture. Dans divers articles, la série a été fortement critiqué pour l’encouragement du culte du corps parfait, de la personnalité snob et de body-shaming. Mais Lauren Gussis a créé la série pour montrer que les préjugés sur l’apparence peuvent arriver à n’importe qui. 

 

Clin d’œil au concours

Même avec seulement deux saisons, Insatiable a su montrer les coulisses et le côté sombre des concours de beauté. En surface, c’est un concours de popularité pour élire un ou une représentante par sa prestance, son naturel, son sourire et ses talents. Mais, on peut voir aussi des manipulateurs utiliser leur argent et de leur influence pour faire n’importe quoi. 

Prenons par exemple la franchise Rupaul’s Drag Race. La célèbre drag a fait couler beaucoup d’encre après 12 saisons régulières et 4 saison d’All-Stars. C’est une émission qui a fait avancer la communauté drag et montrer les talents de cet art. Malheureusement, il y a eu beaucoup de polémiques. Notamment sur le cas de la couleur de peau, les concurrentes en transition de sexe ou des manigances pour augmenter les côtes d’écoutes. Mais malgré tout, cette émission a su montrer les talents des drags venant d’ailleurs et qui s’imposent aux États-Unis, comme Plastique Tiara (Saison 11) qui est originaire du Vietnam, Nicky Doll (Saison 12) qui vient de la France, Brooklyn Hytes (Saison 11) du Canada et la gagnante de la saison 1 Bebe Zahara Benet, originaire du Cameroun.   

Cela va de même avec les concours de la communauté cuir et de latex partout dans le monde. Ce sont des concours qui montre le talent et le naturel des participants. Mais, la virilité et le traditionnel style Tom of Finland mettent de la pression pour ceux qui veulent se démarquer différemment. 

Pourtant, il existe plusieurs personnes qui sont des personnalités publiques et qui portent les accessoires sans être traditionnels. Comme l’instagrameur Rbr Full Cover qui ajoute les talons aiguilles au latex. Ou encore l’artiste Leather_Unicorn qui photographie avec du cuir sans être dans les standards de base.

Au final, la série Insatiable porte une réflexion importante sur les concours. À quoi cela sert réellement? À élire une personne pour représenter et avancer une cause grâce au naturel qu’elle dégage ou simplement servir pour de mauvaises intentions et créer des polémiques sur le culte du corps parfait? 

Certaines scènes de la série montrent ce qu’un concours devrait être en réalité. Une chance de s’exprimer du fond du cœur pour aider les autres et prouver qu’être différent des standards de la société n’est pas un handicap pour participer et briller sous les projecteurs.

En mai 2019, un transgenre FM  a été élu à Chicago M. Cuir International. Et bien qu’une grande majorité ait célébré cette élection historique, certains se sont insurgés…