La blogueuse s'excuse

«Mon intention était de normaliser l’homosexualité »

L'équipe de rédaction
Commentaires

L’influenceuse transgenre Sofia Taloni, à l’origine de la campagne de «outing» d’homosexuels au Maroc, s'est excusée mercredi pour avoir «encouragé ses abonnés à télécharger des applications de rencontres qui ont ensuite été utilisées pour localiser et lyncher publiquement des homosexuels».

Dans une réponse écrite adressée à l’agence britannique Reuters, elle a expliqué que son geste «visait à montrer combien de personnes étaient homosexuelles dans le pays» et à «humaniser» l'homosexualité.

Mais au lieu de cela, les hommes marocains utilisateurs de trois applications de rencontres gay ont été trompés par des fans de l’influenceur, qui ont partagé leurs photos intimes sur les réseaux sociaux, avec des commentaires homophobes et violents.

Naoufal Moussa a déclaré qu'il regrette que ses conseils aient été utilisés pour «cibler les hommes gays au lieu de les rapprocher de la société» au Maroc, où l'homosexualité est illégale.

Elle a ajouté que son intention n'était «jamais d’outer des homosexuels». «Mon intention était de normaliser» cette question «afin que nous cessions de les considérer comme des exclus»

«Je voulais littéralement que les gens considèrent les homosexuels comme l'homme ou la femme d'à côté et mettent fin au fantasme négatif de savoir qui sont-ils, à quoi ils ressemblent et comment ils vivent.» - Sofia Taloni 

 

Pour le porte-parole de Human Rights Watch (HRW) Ahmed Benchemsi, «le vrai problème avec de telles campagnes homophobes, quelle que soit la manière dont elles ont été incitées, est que la loi marocaine anti-LGBTQ+ les encourage».

Un porte-parole de Nassawiyat a déclaré que Sofia Taloni n'était pas allée assez loin dans son mea-culpa et qu'elle devrait davantage utiliser sa base de fans pour «sensibiliser aux questions liées à l'homosexualité et à la transexualité». «Nous ne sommes pas contre elle mais elle a blessé beaucoup de gens. Nous avons un vrai problème avec le système et comment il construit des monstres, une homophobie et une transphobie intériorisées», a-t-il déclaré.