Tchétchénie

Le tyran anti-gai Kadyrov hospitalisé pour de graves symptômes de coronavirus

L'équipe de rédaction
Commentaires

Ramzan Kadyrov, le tyran tchétchène qui a organisé des purges violentes et criminelles contre les homosexuels de sa région, membre de la Fédération de Russie, aurait été hospitalisé pour de graves symptômes de coronavirus.

Kadyrov est président de la République tchétchène en Russie, où des personnes LGBT ont été emprisonnées, battues, torturées et tuées dans des camps de concentration regroupant spécifiquement des gays.

Malgré d'innombrables rapports de réfugiés détaillant les violences dont ils ont été victimes, le tyran a toujours fermement nié que la répression ait eu lieu. «C'est un non-sens», avait-il précédemment déclaré lorsqu'il a été interrogé sur ces purges. Nous n'avons pas ce genre de personnes ici. Nous n'avons pas de gais chez nous. Dieu soit loué". 

Ramzan Kadyrov semble être le premier officiel russe à tomber gravement malade dans la pandémie de coronavirus.
Selon deux agences de presse d'État russes, RIA Novosti et Tass, Kadyrov a été transporté par avion dans une clinique de Moscou, ses symptômes s'étant rapidement détériorés. «Il est actuellement sous observation médicale", a déclaré Tass, citant "une source dans les milieux médicaux».

Bien que les responsables tchétchènes n'aient pas encore confirmé la nouvelle, le média numérique Baza a également parlé de «dommages aux poumons» de Kadyrov.

Dans un pays où l'information est sous contrôle, les annonces russes ont été contestées par le chef de la chaîne de télévision publique tchétchène qui a écrit sur Instagram que Kadyrov «contrôlait personnellement la situation et prenait toutes les mesures nécessaires. Le travail de son quartier général est sous son contrôle personnel».

Après avoir été nommé par Poutine en 2017, Kadyrov a depuis transformé la région en fief personnel, développant une garde nationale puissante et un culte de la personnalité. Il n'a pas de successeur clairement désigné.

Il a fait un nombre limité d'apparitions publiques récemment, bien qu'il ait figuré dans une vidéo consacrée à un briefing gouvernemental sur le coronavirus opportunément diffusée.