Politique internationale

L’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, abandonne sa fonction

L'agence AFP
Commentaires

Après deux ans d’exercice, l’ambassadeur américain, Richard Grenell, ouvertement gai, a renoncé à son poste d’ambassadeur en Allemagne, en fin de semaine dernière. Connu comme un des rares représentants LGBTQI+ sous le gouvernement Trump, il s’apprête aujourd’hui à céder sa place à un nouvel élu.

Sur les réseaux sociaux, Richard Grenell a annoncé son départ de l’ambassade américaine en Allemagne, lundi 25 mai. Il exerçait cette fonction depuis deux ans. Ce départ se complète de l’abandon de ses fonctions de coordinateur des services secrets par intérim, exercée pendant trois mois, dont il va céder la place à John Radcliffe, ce mardi. Robin Quinville, émissaire et député de l’élu, va prendre les fonctions d’ambassadeur par intérim.

Les législateurs allemands ont bien accueilli l’annonce du départ de Richard Grenell. Depuis son entrée en fonction, le gouvernement du pays entretenait des relations conflictuelles avec l’ambassadeur. «Depuis une génération, tous les ambassadeurs américains quittaient leur poste en figure respectée et alliés de confiance pour l’Allemagne. Maintenant, une personne quitte son poste avec des tensions comme il représentait un pouvoir hostile», a expliqué Andreas Nick, président de l’Union Chrétienne-Démocrate en Allemagne. En cause, l’élu américain avait des échanges avec des élus d’extrême-droite allemands et faisait la promotion des mouvements anti-immigrations à travers l’Europe.

Personnage controversé

En février 2019, Richard Grenell s’engageait à décriminaliser l’homosexualité à travers le globe. «71 pays pénalisent l’homosexualité et huit pays la condamnent avec la peine de mort», précisait-il. «L’administration Trump oeuvre pour un nouvel effort avec les alliés européens afin de mettre fin à cette atteinte aux droits humains ". Néanmoins, aucune campagne, ni conférence sur le sujet n’a été entreprise. Plus tard, Donald Trump lui-même a annoncé ne pas avoir eu connaissance d’un tel effort.

Cette année, le média américain, The Washington Post, a révélé les relations financières qu’entretenait Richard Grenell avec Viktor Orban, le premier ministre Hongrois qui vient de retirer la reconnaissance légale des personnes transgenres pour leur transition.