Suisse

En Suisse, saunas et sexclubs se déconfinent prudemment

Yannick LeClerc
Commentaires

Les rencontres sexuelles de nouveau possibles ce weekend dans une trentaine de lieux gais à travers la Suisse. Des mesures de sécurité devront être appliquées.

Dès le samedi 6 juin, dans la foulée de la reprise des services érotiques à travers le pays, la vapeur reprendra sa place dans les saunas suisses alors que les lieux voués aux rencontres sexuelles pourront rouvrir leurs portes. Les amateur·e·s, toutes orientations confondues, retrouveront ainsi leurs backrooms, labyrinthes et glory holes favoris après trois mois d’absence.

Tout ne reprendra pas comme avant cependant. Les établissements ont dû travailler en étroite collaboration avec les autorités sanitaires sur des mesures de protection sanitaire. Outre les nouvelles normes habituelles de protection (employés protégés par des masques et des visières, limitation du nombre de clients, gel hydroalcoolique à disposition, etc.), les établissements seront dorénavant tenus de demander aux clients de laisser leurs coordonnées (nom et numéro de téléphone à l’accueil. Celles-ci seront chaque jour mises sous scellés, avec pour but de permettre d’informer discrètement les clients ayant fréquenté l’établissement au même moment qu’une personne testée positive au coronavirus dans les jours qui suivent.

Par ailleurs, la distance sociale de 2m s’appliquera, ou à défaut la réduction de la présence à 15 minutes, par autocontrôle. La responsabilité individuelle les enjeux de contact physique est remise dans les mains des individus, comme pour le VIH et les autres IST.

Cette réouverture de ce secteur, la première parmi tous les pays ayant entamé un déconfinement (l’Autriche, le Danemark ou l’Allemagne ne l’ont pas encore autorisée), est un soulagement, on l’imagine, pour les établissements fragilisés par près de trois mois d’inactivité. 

Certains propriétaires d’établissements ont toutefois un peu d’appréhension pour la réouverture, notamment face aux exigences parfois contradictoires des autorités sanitaires et de la police du commerce. 
D’autres espèrent juste que les gens seront présents lors de la réouverture, qu’ils ne seront pas freinés par les questions de confidentialité. Donner son nom et son numéro de téléphone à l’entrée d’un sauna n’est peut-être pas évident pour tous, mais la plupart croient que la clientèle comprendra que c’est dans l’intérêt de tout le monde. 

Source : 360.ch