Témoignage en confinement de Michel Duchesne

Michel Duchesne: «Nous vivons le confinement comme un long voyage en amoureux.»

La COVID-19 a chamboulé nos vies d’une manière qu’il est encore difficile à mesurer. Nous avons demandé à l’auteur Michel Duchesne qui s’est retrouvé à travailler au 911, de nous dire comment cette crise l’a affecté personnellement…

J’ai un homme au foyer qui fait son yoga tous les jours. Avant, il délivrait de leurs maux 15 à 20 clients par semaine, mais comme la massothérapie est tombé au point mort, il s’occupe de lui. Il s’appelle Luc Desjardins et je suis un chêne qui pousse à ses côtés. Avant, il servait 10 à 14 déjeuners aux clients de son gîte toujours plein, mais… envolés les touristes et les visiteurs! Alors mon homme fait du pain et lorsque j’arrive des premières lignes, le souper est prêt. Nous vivons le confinement comme un long voyage en amoureux.

Plutôt que de visiter des monuments, il plante des semences et parle aux poissons de l’étang. Au lieu de courir les musées, il court à l’épicerie pour nos vieilles amies confinées qui espèrent le retour du beau temps. Il les rassure: il faut toujours regarder vers l’avant, me rappelle mon homme. Il a vu tellement de gens mourir! C’est la deuxième crise qu’il traverse: le sida fauchait tant de gens autour de nous. Des jeunes, morts souvent dans le silence et la honte, privés de la chance de vieillir. Ça aide mon chum à dédramatiser le moment présent: au moins, ces aînés disparus auront vécu longtemps et espérons-le, heureux. Comme il prenait soin des mourants sidéens, mon homme au foyer prend soin de nos proches vivants et moi, je tente de le garder au chaud la nuit tombée.

Et j’engraisse (ma ceinture en témoigne.) Bof, une petite bedaine n’a jamais fait mourir personne! Et le jogging en viendra à bout. Je m’ennuie des [email protected], du cinéma à deux pas de chez nous, des théâtres… Rouvront-ils un jour? «Demain prendra soin de demain», me dit souvent mon homme. Il m’a montré qu’on pouvait vieillir avec sérénité et vigueur. J’ai traversé ma quarantaine à ses côtés, évitant de sombrer dans le cynisme ambiant. Alors je traverse le confinement et la cinquantaine avec le même optimisme. Ça va bien aller. Mon homme au foyer expérimente la retraite avant l’heure et y prend goût. Je continue d’écrire et de tenter de faire une différence dans ma société. J’ai besoin de changer de lunettes car je m’arrache les yeux 10 heures par jour devant un écran. Aurais-je besoin de double foyer?

Michel Duchesne est l’auteur de L’écrivain public, un premier roman devenu série web sur tv5.ca et de La Costa des Seuls, publiés chez Leméac. Comme nous l’écrivions à sa sortie, il s’agit d’un «roman délicieux alternant avec adresse les moments cocasses comme les plus sombres. À lire avec allégresse comme une limonade au soleil!» Vous pouvez vous le procurer via...

La Costa des seuls
www.leslibraires.ca/livres/la-costa-des-seuls-michel-duchesne-9782760947801.html

Visionnez les épisodes de L'écrivain public sur : 
www.tv5unis.ca/ecrivain-public