Afrique

Le Gabon décriminalise l'homosexualité

Les législateurs de la chambre basse du Parlement gabonais ont voté mardi la décriminalisation de l'homosexualité. Le Gabon devient ainsi l’un des rares pays du continent africain à dépénaliser l’homosexualité. 

Quarante-huit députés ont voté pour la dépénalisation, vingt-quatre ont voté contre et vingt-cinq se sont abstenus. Le Gabon devient ainsi l'un des rares pays d'Afrique subsaharienne à revenir sur une loi qui punit les relations sexuelles entre personnes du même sexe.

La dépénalisation a rencontré une opposition parmi les députés et une partie de la population. «Quarante-huit députés ébranlent toute une Nation et ses us et coutumes» a déploré un député hostile.

« Gais et lesbiennes sont donc désormais libres de s'afficher sans en être inquiétés, quand bien-même le mariage homosexuel, quant à lui, n'est toujours pas autorisé», se réjouit à l'inverse Gabon Review. En effet, le mariage des couples de même sexe reste lui interdit dans un pays où l'homosexualité est largement considérée comme tabou.

Plus de la moitié des pays d'Afrique subsaharienne interdisent ou répriment l'homosexualité, avec des niveaux de répression allant parfois jusqu'à la peine de mort. Toutefois, un mouvement de dépénalisation s'est amorcé ces dernières années, le Bostwana, l'Angola, le Mozambique et les Seychelles ont légalisé les relations entre personnes de même sexe, rejoignant le Gabon, la Côte d'Ivoire, le Mali, la République démocratique du Congo et le Lesotho.

L'Afrique du Sud est le pays africain le plus libéral. Sa Constitution interdit toute discrimination fondée sur l'orientation sexuelle, et le mariage homosexuel a été légalisé en 2006, un cas unique en Afrique.