Japon

Dans une région du Japon, le «outing» des LGBT est désormais puni par la loi

Sébastien Thibert
Commentaires

C’est un grand pas pour l’histoire de la cause LGBT japonaise… Il est désormais interdit de divulguer la sexualité ou le genre d’une personne sans son consentement. Cette interdiction concerne pour l’instant une seule région du pays…mais les choses avancent petit à petit.

D’après le Japan Today, le gouverneur de la préfecture de Mie, une région de la côte sud de Honshu (la plus grande île du Japon), a annoncé, le 3 juin, l’interdiction de divulguer l’orientation sexuelle ainsi que l’identité de genre d’une personne LGBT sans sa permission.

Cette nouvelle interdiction fait partie d’une législation anti-discriminations plus large. Elle s’appliquera aussi pour les personnes qui voudraient obliger ou contraindre quelqu’un à dévoiler son orientation sexuelle. Le montant des pénalités n’a pas encore été annoncé

« Nous devons faire plus pour créer une société qui se soucie les uns des autres. » explique le gouverneur Eikei Suzuki. Selon lui, dénoncer les personnes LGBT contre leur grès peut avoir pour conséquence de déstabiliser les relations familiales et professionnelles et conduire les personnes LGBT à l’isolement en perturbant leurs amitiés et leurs contacts avec d’autres personnes.

Cette décision est le premier pas en faveur des LGBT japonais. En effet, au Japon, le mariage pour tous et l’adoption n’ont toujours pas été ratifiés. Depuis 2017, certaines autorités locales ont commencé à délivrer des « certificat de partenariat » aux couples de même sexe. Mais la démarche est purement symbolique et n’a hélas aucune valeur légale et juridique.