Sport

Le snowboarder Tanner Pendleton fait son coming out

Sébastien Thibert
Commentaires

Snowboarder réputé pour ses prouesses, Tanner Pendleton a fait son coming out. Via le média spécialisé Torment, il s’est confié le 25 juin dernier sur son homosexualité et explique les difficultés qu’il a pu rencontrer ces dernières années.

«Pour être honnête, le chemin vers l’acceptation de soi est un chemin très déstabilisant», explique-t-il dans son interview. Il y a une différence entre savoir que tu es gai et l’accepter ». Pour lui, une chose est certaine : faire cette sortie du placard est salvateur. «C’est quelque chose qui était devenu de plus en plus difficile à nier. J’avais tous ces sentiments en moi et j’étais arrivé à un point où je ne pouvais plus ignorer tout ça. J’avais conscience que je ne me rendais pas service et que je me faisais du mal mentalement. Donc dans ma tête, c’était de plus en plus vital pour moi d’agir ».

 

Dans le secteur de la planche à neige, Tanner Pendleton est également connu pour avoir réalisé une grande quantité de films aux visuels très bruts, souvent en association avec des marques. En 2018, il planchait ardemment sur Landline, un documentaire en collaboration avec Vans. « Je me suis promis à moi-même de faire mon coming out dès que j’avais fini Landline», rapporte-t-il, craignant que «mon monde tout entier s’écroule après avoir fait mon coming out et que ça m’empêche de terminer la vidéo». C’est ainsi que, une fois la production du film bouclée, Tanner s’est rendu chez parents pour dîner. Et, juste avant de repartir, a annoncé qu’il était gai à sa mère.

 

Dans l’ensemble, le sportif raconte avoir récolté une majorité de retours positifs après avoir clarifié son orientation sexuelle auprès de son entourage. 

Néanmoins, tout n’est pas toujours tout rose dans le monde du snowboard. «Même après ce coming out, j’entends et je vois encore des propos ou des comportements homophobes, y compris de la part de mes amis, avance Tanner Pendleton. 99% du temps, ce n’est pas mal intentionné, mais ce sont des choses blessantes dont ils n’ont pas conscience».