Afrique

Le Gabon abroge sa loi anti-gais

L'équipe de rédaction
Commentaires

Bien que ce pays d’Afrique centrale est revenu sur un article du Code pénal voté en juillet 2019, le climat pour les homosexuels y reste cependant très hostile.

L’an dernier, la nouvelle avait atterré les militants LGBTQ+ à travers le monde. À la faveur d’une révision du Code pénal, le Gabon avait discrètement rendu l’homosexualité illégale. Mais lundi, le Parlement a fait machine arrière. Après l’Assemblée nationale le 23 juin, le Sénat a annulé la disposition concernant cette «atteinte aux bonnes mœurs» passible de 6 ans de prison. 

Une décision qui passe mal auprès d’une partie de l’opinion, qui dénonce les pressions étrangères. L’homosexualité fait l’objet d’un fort rejet social dans le pays de 2 millions d’habitant. Selon la Deutsche Welle, le gouvernement a interdit une manifestation de protestation.

 

Des rumeurs périodiques de «mariages gais» entretiennent ce climat d’hostilité. En 2013, un «scandale» de ce type avait fait la Une de plusieurs médias. Les deux «époux» avaient été arrêtés, puis libérés, faute de loi sanctionnant l’homosexualité. Cela avait provoqué un tollé.

D’autres, au contraire, ont estimé que la pénalisation de l’homosexualité était contraire aux traditions gabonaises. «Nos différences sont notre richesse», a souligné la femme du président Ali Bongo, Sylvia Bongo Ondimba. «Être tolérant, c’est accepter de vivre ensemble malgré nos différences.»

 

Sources : 360.ch