COVID-19

Le masque bientôt obligatoire dans les lieux publics fermés à Montréal

L'équipe de rédaction
Commentaires

Eh oui! Le port du masque ou du couvre-visage deviendra obligatoire dans tous les lieux publics fermés de Montréal à compter du 27 juillet, afin d’éviter une deuxième vague d’infections à la COVID-19. 

Le cabinet de la mairesse Valérie Plante entend imposer des mesures coercitives aux personnes qui ne se plieront pas au règlement.

 

 

« Il sera obligatoire de les porter dans les restaurants, dans les bars, les Maisons de la culture, les arénas, les bibliothèques, chez l’épicier, le boulanger, la cordonnerie, bref, tous les commerces, résume la mairesse. Ça veut dire que les Montréalais et Montréalaises vont devoir avoir un masque dans leurs poches ou dans leur sac. » 

Les détails du règlement — notamment le montant des contraventions imposées aux entreprises et aux individus qui ne s’y plieront pas — sont en train d’être évalués par le contentieux de la Ville et seront divulgués « assez rapidement dans les prochains jours ». « À terme, on veut pouvoir donner les pouvoirs [de donner des contraventions] au SPVM [Service de police de la Ville de Montréal] s’il y a des comportements qui vont à l’encontre des mesures préventives, et surtout si c’est répétitif », précise la mairesse. 

L’administration a commencé à rédiger le règlement peu après avoir annoncé l’obligation de porter le couvre-visage dans les transports publics.

Des mesures seront aussi prévues pour permettre aux clients des bars et des restaurants de retirer leur couvre-visage pendant qu’ils mangent ou boivent leurs consommations. Ils devront toutefois les remettre lorsqu’ils se déplaceront à l’intérieur de l’établissement. Reste à voir si les cinémas entreront dans cette catégorie. 

« De toute façon, la deuxième vague, elle n’est pas entre nos mains ni entre celles des médias et des politiciens. Ça dépendra du comportement de la population », estime M. Fortin, qui se pliera néanmoins à toutes les exigences pour garder son commerce ouvert.

L’administration Plante n’écarte pas la possibilité de distribuer des masques gratuitement à des organismes qui desservent les secteurs moins nantis de la ville afin d’inciter la population à les porter.