Italie

Un chirurgien suspendu après des propos homophobes contre un patient qu'il opérait

Yannick LeClerc , L'agence AFP
Commentaires

Un chirurgien italien a été suspendu après avoir tenu des propos homophobes au sujet d'un patient alors qu'il opérait. Choqués, ses assistants ont porté plainte.

Le chirurgien en cause travaille dans un hôpital de Cittiglio, dans la province italienne de Varèse.

Selon des témoins de la scène, il aurait fait des commentaires homophobes le 25 mars dernier, alors que l'Italie était plongée dans la crise par la pandémie de coronavirus.

Alors qu'un patient subissait une opération, le chirurgien aurait déclaré: "Pourquoi je dois opérer ce pédé de merde?! C’est pas juste qu’en ces temps d’état d’urgence il faille que je perde mon temps avec les pédés et les IVG".

Un employé de l'hôpital qui se trouvait également au bloc opératoire a demandé au chirurgien s'il avait quelque chose contre les homosexuels, et le chirurgien lui a alors ordonné de quitter la pièce. L’intervention se serait conclue "dans la nervosité et la précipitation". Choqués, ses assistants ont porté plainte.

 Giovanni Boschini, le président d'Arcigay Varese, a déclaré: "Nous voulons remercier ceux qui ont déposé la plainte et ne sont pas restés indifférents à cet acte intolérable de l'homophobie. Toute notre solidarité va au patient concerné".

L’incident, que les médias italiens n’ont rapporté que cette semaine, a débouché sur l’ouverture d’une enquête disciplinaire contre le praticien, qui fait l’objet d’une suspension.

La plainte a été transmise à l'Association médicale de Varese, qui mène actuellement une enquête. La plainte indique que les autres agents de santé de la salle d'opération sont restés "stupéfaits et étonnés de tant de violence verbale".

Filippo Agnelli, président de la Fédération italienne des chirurgiens, a déclaré que si les faits étaient avérés, le chirurgien pourrait faire face à des "sanctions sévères".
Il a ajouté: "Si cette affaire s'avère vraie, elle est extrêmement grave. Nous comprenons que certains médecins peuvent souffrir d'épuisement dû aux Covid, mais ce n'est pas une excuse".