Personnalités

Sur Instagram, Safia Nolin accuse et Maripier Morin admet ses torts

L'équipe de rédaction
Commentaires

L’auteure-compositrice-interprète Safia Nolin a provoqué une onde de choc en accusant mardi Maripier Morin de s’être livrée à du harcèlement sexuel, d’avoir commis une agression physique et d’avoir proféré des propos racistes, il y a deux ans, lors d’une soirée dans un bar. L’animatrice télé a présenté ses excuses le lendemain.

Mardi soir, gans une story Instagram, Safia Nolin raconte que Maripier Morin lui aurait fait des avances non sollicitées et trop entreprenantes, cuisse en plus de lui tenir des propos sexuellement explicites et racistes, un soir de mai 2018, avant de la mordre si fort à la cuisse que la chanteuse en a gardé un bleu pendant deux semaines.

Les évènements se sont déroulés dans un bar de Montréal. «J’étais en peine d’amour et j’avais beaucoup maigri, elle m’a dit que ça m’allait bien, a écrit Safia Nolin sur Instagram. Elle m’a dit qu’elle recevait beaucoup de messages sur Instagram disant qu’elle ressemblait à mon ex et elle m’a demandé si ça voulait dire que je la [trouvais] chaude. Elle me flattait et était à deux pouces de moi et j’étais comme un bloc de glace.»

Mercredi après-midi, Maripier Morin a présenté ses excuses publiques concernant son comportement envers la chanteuse, également par Instagram. Elle dit se souvenir de ce samedi soir au cours duquel Safia Nolin l’aurait invitée à se joindre à elle dans un bar après un concert. Quelques jours plus tard, lorsque la chanteuse lui a envoyé pour la deuxième fois une photo de la morsure sur sa cuisse, Maripier Morin dit avoir réalisé qu’elle avait eu « un comportement répréhensible » envers elle.

L’animatrice télé et comédienne a admis être à l’origine d’une situation d’abus et d’excès. « Je n’aurais pas su lire ou comprendre la limite que j’aurais pu franchir. Si tel fut le cas, je m’excuse encore et je suis toujours profondément désolée », a-t-elle écrit, ajoutant avoir tenté, en vain, de discuter avec Safia Nolin à la suite de sa publication.

« Je ne cherche pas à excuser mes gestes et mes paroles, je cherche plutôt à comprendre et surtout, à trouver l’aide dont j’ai besoin », a ajouté l’animatrice, en affirmant qu’elle consacrera cette période d’arrêt à prendre soin de sa santé physique et mentale. « J’entame donc une thérapie avec des professionnels de la santé qui sauront m’aider. »

Les agressions sexuelles entre personnes de même sexe demeurent un sujet méconnu en 2020. Les femmes sont moins crues parce que les gens ne conçoivent pas une agression par une autre femme - car elles ne sont pas considérées comme violentes - et les hommes qui se font agresser sexuellement par un autre homme se font dire qu’ils n’avaient qu’à se défendre, résume-t-elle en reprenant des préjugés bien ancrés. Et en raison de cela, les victimes sont plus réticentes à porter plainte. Certaines ne font pas confiance au système du justice et ont peur d’y être mal traitées. 

Selon Statistique Canada, peu d’agressions sexuelles sont rapportées à la police au pays: il est estimé que seulement 5 % des victimes portent plainte.

Mais les crimes sexuels entre personnes de même sexe surviennent. Récemment, l’ex-politicien André Boisclair a fait l’objet d’accusations criminelles pour une agression sexuelle dont aurait été victime un homme. Éric Salvail aussi.

Soulignons qu’il n’y a pas que le viol qui constitue une agression sexuelle. La définition est simple: tout contact physique non consensuel à connotation sexuelle.

Alors qu'un nouveau mouvement de dénonciations d'abus et d'inconduites sexuelles a lieu actuellement sur les réseaux sociaux au Québec, plusieurs personnalités ont souhaité montrer leur support aux victimes et, dans bien des cas, à l'autrice-compositrice-interprète plus spécifiquement.