Thérapies de conversion

Facebook met fin à la promotion des thérapies de conversion sur sa plateforme

L'équipe de rédaction
Commentaires

Sous la pression, Facebook a annoncé vendredi bannir de sa plateforme les contenus promouvant les très controversées "thérapies de conversion", des prétendues thérapies sans fondement scientifique qui disent pouvoir changer l'orientation sexuelle d'une personne.

Les règlements de Facebook et Instagram - qui font partie du même groupe - ont été mis à jour pour annoncer la suppression des contenus faisant la promotion de ces "thérapies de conversion", dangereuses pour la santé mentale des personnes qui les subissent.

"Nous n'autorisons pas les attaques contre les gens en fonction de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre", a indiqué un porte-parole du géant californien à l'AFP.

Selon la respectée American Medical Association (AMA), ces interventions "de conversion" incluent des électrochocs ou de la privation de nourriture. "Il est clair pour nous à l'AMA que les thérapies de conversion doivent cesser aux Etats-Unis étant donné le danger pour les personnes LGBTQ", avait plaidé l'année dernière un responsable de cette association, le docteur William Kobler.

En 2013, l'Association médicale mondiale a condamné ces "thérapies" comme étant des violations des droits humains, les jugeant incompatibles avec l'éthique de l'action médicale. Un expert de l'ONU a réclamé mercredi leur interdiction mondiale.

Rédaction avec AFP