Selon une étude américaine

Les jeunes ados gais perdraient leur virginité plus tôt que les jeunes hétéros

L'équipe de rédaction
Commentaires

Une étude américaine appelle à revoir l'éducation sexuelle des jeunes américains pour qu'elle s'adapte aux comportements des jeunes. Cette étude de la Rutgers University publiée dans le Journal de la recherche sur la sexualité met en évidence les disparités entre les hétéros et les homos en ce qui concerne leur première fois : en moyenne, les jeunes gais ont leur premier rapport anal un an plus tôt que les hétéros.

Le texte plaide pour une refonte de l’éducation sexuelle des jeunes pour qu’elle s’adapte à la réalité de leurs comportements. Les premiers rapports homosexuels auraient lieu à 14 ans et demi, souligne l’étude basée sur 600 jeunes new-yorkais qui se définissent comme gays. La première pénétration arrive en moyenne à l’âge de 16 ans pour les jeunes gai, contre 17 ans pour les hétéros.

Dans le détail, la première masturbation mutuelle intervient entre 14 et 15 ans, selon l’étude. L’oral a lieu autour de 15 ans. « On a notamment remarqué que le premier rapport anal arrive vers 16 ans pour les garçons homosexuels. C’est plus jeune que le premier rapport sexuel avec pénétration des hommes hétéros américains qui a lieu à 17 ans » , écrivent les chercheurs. Toujours selon l’étude, environ 19% des homosexuels ont des rapports avec d’autres garçons avant même d’avoir 13 ans.

L’étude démontre le besoin d’une éducation sexuelle plus inclusive afin que les jeunes puissent « faire des choix éclairés quant à leur santé sexuelle et leurs comportements» . Le document recommande de sensibiliser plus tôt les jeunes à la prévention contre les ITS. Les tests de dépistages pourraient notamment être proposés aux plus jeunes. 

« Nos résultats indiquent que le personnel soignant peut jouer un rôle prépondérant pour limiter les comportements sexuels précoces. À ce jour, les professions médicales manquent de moyens pour répondre aux besoins des personnes LGBT+« , indique Perry N Halkitis, le doyen de l’université.

Source : Journal of Sex Research