Israël

Le Parlement israélien ouvre la voie à l'interdiction des thérapies de conversion

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Un projet de loi destiné à interdire les "thérapies de conversion", qui visent à modifier l’orientation sexuelle de membres de la communauté LGBT, a été adopté en lecture préliminaire par le Parlement israélien, ce mercredi 22 juillet.

Lors d'un vote préparatoire au parlement, une majorité s'est dégagée en faveur du projet de loi du parti d'opposition Meretz. 42 députés ont voté pour le projet de loi, 36 contre.

Le projet stipule que les psychologues qui pratiquent des «thérapies» dans le «but de changer d'orientation sexuelle» peuvent perdre leur agrément officiel pendant cinq ans. Des violations répétées les menacent de prison. Intitulé «Loi des psychologues», le texte doit encore être soumis à trois lectures supplémentaires à la Knesset (Parlement) avant d’être adopté.

Ces dernières années, plusieurs tentatives pour interdire ces pratiques en Israël ont échoué. Et on ne sait toujours pas si le nouveau projet deviendra finalement une loi effective. En effet, le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu peut bloquer le projet par l'organisation d'autres votes à son sujet parce que la proposition n'a pas été approuvée préalablement par le gouvernement.

Le résultat du vote de mercredi a déjà conduit à une véritable crise de la coalition en place dans la mesure où les partis libéraux de la coalition gouvernementale ont voté pour le projet. Deux députés du parti conservateur Likoud de Netanyahu, dont Amir Ohana, le ministre de la Sécurité publique, premier député du Likud ouvertement gai ont approuvé le texte.

Mais le parti ultra-orthodoxe anti-LGBT a annoncé quant à lui qu'il cesserait de travailler avec son partenaire de coalition le parti Bleu-Blanc" de Benny Gantz parce que les députés à la Knesset de ce parti social-libéral soutenaient le projet de l'opposition, ce qui qui violerait la discipline de la coalition. 

Quoi qu'il advienne, le patron du Meretz, Nitzan Horowitz, a qualifié le résultat du vote d'«historique». «Je remercie les députés qui ont voté pour la liberté et l'égalité et qui veulent mettre fin aux terribles thérapies de conversion», a déclaré le politicien gai. «Vous avez aidé à sauver des vies aujourd'hui.»

Israël est considéré comme l’un des pionniers en matière de droits LGBT, et les thérapies de conversion ont été reconnues par le ministère israélien de la Santé, comme préjudiciables pour ceux qui les subissent.

Mais elles restent «pratiquées de manière pirate, principalement dans les milieux religieux», explique Or Keshet qui milite pour la reconnaissance des droits LGBT au sein de la Aguda, la plus importante organisation LGBT israélienne. «On estime que plusieurs milliers de personnes ont subi ces thérapies de conversion» en Israël, a-t-il déclaré.

Rédaction avec AFP