Affaires judiciaires

Edgar Fruitier reconnu coupable de deux chefs d’accusation d’attentat à la pudeur

Le comédien et animateur Edgar Fruitier a été reconnu coupable de deux chefs d’accusation d’attentat à la pudeur, le 22 juillet au palais de justice de Longueuil. Le plaignant, dont l'identité est protégée par une ordonnance de la cour, avait accusé M. Fruitier d'avoir touché ses organes génitaux à trois occasions entre 1974 et 1976, alors qu'il était adolescent.

Les représentations sur la peine dans ce dossier auront lieu le 9 octobre. Âgé de 90 ans, Edgar Fruitier est passible de 10 ans de prison. 

Présent au tribunal, l'homme en question a raconté qu'il a accueilli avec soulagement, et avec les larmes aux yeux, le verdict du juge Marc Bisson de la Cour du Québec.

Il a expliqué avoir été poussé à porter plainte, en 2018, alors que le mouvement #moiaussi, charriant son lot de dénonciations d'inconduites sexuelles, déferlait sur le monde.

Les commentaires méchants faits par de nombreuses personnes à cette occasion lui ont permis de réaliser que les victimes étaient trop souvent incomprises, a-t-il expliqué en entrevue à Ici Radio-Canada.

L'homme a par ailleurs fait valoir qu'il n'aurait peut-être pas porté plainte contre Edgar Fruitier si ce dernier s'était excusé dès la première agression, en 1974, et n'avait pas récidivé.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Erin Kavanagh, s'est félicitée du verdict. Elle a souligné l'importance, pour la victime, d'avoir été crue par les policiers puis par le système de justice. «Je pense que c’est important pour les victimes de dénoncer à la police, de faire comme monsieur a fait dans ce dossier. On voit le résultat aujourd’hui, un résultat positif pour le ministère public, a-t-elle commenté.»

La victime d'Edgar Fruitier n'a pas témoigné lors du procès, tenu le 8 juin. Me Kavanagh avait plutôt lu la version qu'il avait donnée lors de l'enquête préliminaire, pour lui éviter les affres d'un témoignage.

M. Fruitier, 90 ans, n'a ni témoigné ni présenté de défense lors de cette audience, qui était terminée en moins d'une heure. Il avait reconnu une partie des gestes qui lui sont reprochés par l'entremise de son avocat, Robert Polnicky.

Ce dernier avait cependant plaidé qu'il s'agissait de voies de fait plutôt que d'attentats à la pudeur – un chef d'accusation qui n'existe plus dans le Code criminel, puisqu'il n'y avait pas, selon lui, de preuve d'indécence.

Le juge Bisson n'a toutefois pas retenu cette défense. Il a plutôt conclu qu'il n'y avait aucun doute que les gestes d'Edgar Fruitier revêtaient un caractère sexuel.

 

«C’était très clair. Lorsqu’on touche aux parties génitales de quelqu’un, pour nous, c’était un attentat à la pudeur, c’était des voies de fait commis dans des circonstances où il y a indécence», a commenté la procureure Kavanagh. «Aujourd’hui, on appellerait ça une agression sexuelle.»

Me Polnicky n'a pas commenté le verdict à la sortie de la salle d'audience.

Homme de théâtre, passionné de musique classique, Edgar Fruitier est notamment connu pour ses rôles dans les séries La famille Plouffe et Les belles histoires des pays d'en haut. Au cours des dernières années, on avait pu l'entendre à l'émission Samedi et rien d'autre et dans la série Les Simpson, où il était la voix française de M. Burns.

Source : Radio-Canada