Covid-19

La Californie va collecter des données sur la diffusion du coronavirus dans la communauté LGBT

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Les autorités californiennes vont commencer à suivre de manière spécifique la propagation du coronavirus dans la communauté LGBT alors que cette dernière est très touchée par la pandémie.

L'État de Californie va commencer à collecter des données sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre dans tous les nouveaux cas de Covid-19, ce qui en fera le premier État américain à le faire.

Cette décision devrait aider les responsables à mieux comprendre les défis spécifiques que la pandémie pose aux personnes LGBT après des mois d'alerte des organisations communautaires indiquant que la communauté a été touchée de manière disproportionnée.

Cette décision a été prise après un travail de concertation entre le sénateur Scott Wiener et l'organisation de défense des droits LGBT Equality California qui plaide en faveur de la collecte de données.

Une disposition législative adoptée à l'unanimité par le Sénat de Californie le 25 juin prévoit la collecte de données sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre dans tous les nouveaux cas de coronavirus. Elle doit encore être validée par la Commission de la santé de l'Assemblée californienne, où elle sera débattue le 4 août. Si elle est adoptée et promulguée, elle prendra effet immédiatement.

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a déclaré que cette décision allait dans la bonne direction.

Le directeur exécutif d'Equality California, Rick Chavez Zbur, s'est félicité de l'annonce de l'adoption du projet de loi par le Sénat de l'État.

«La crise du Covid-19 dévaste la communauté LGBT. Mais depuis des mois, nous n'avons pas eu les données nécessaires pour comprendre comment, pourquoi et quoi faire exactement à ce sujet», a-t-il déclaré. «Grâce au leadership du gouverneur Newsom et au travail acharné de son administration, nous allons commencer à avoir des réponses».

«Ces données permettront enfin à notre gouvernement, à nos responsables de santé publique et à notre communauté de comprendre à quel point cette pandémie dévaste les personnes LGBT et quelles mesures doivent être prises pour sauver des vies».