Homophobie d'État

La Russie proteste officiellement contre les drapeaux arc-en-ciel sur les ambassades étrangères

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

La Russie proteste officiellement contre les drapeaux arc-en-ciel qui ont été hissé sur les bâtiments de plusieurs ambassades étrangères sur son sol.

Alors que plusieurs ambassades occidentales ont hissé des drapeaux arc-en-ciel sur leurs bâtiments à Moscou à l'occasion du mois des fiertés LGBT en juin dernier, le pouvoir russe réagit à ce sujet.

Le département d'État russe a envoyé des notes de protestation aux ambassades des États-Unis, de Grande-Bretagne et du Canada à Moscou pour cette forme de manifestation de solidarité avec la communauté LGBT.

Le député Vasily Piskarev, qui dirige une commission parlementaire chargée d'enquêter sur «l'ingérence étrangère dans les affaires russes», a fait cette annonce officielle lundi, selon les médias russes contrôlés par l'État.

La cause de l'irritation du régime de Poutine est d'avoir perçu une action conjointe d'ambassades occidentales.

En juin dernier, l'ambassadeur américain John Sullivan s'est notamment montré sur les réseaux sociaux dans un message vidéo avec une traduction en russe devant un drapeau arc-en-ciel et a expliqué que les droits humains universels doivent également être respectés parmi les minorités sexuelles et de genre.

La Russie estime que la présence des drapeaux arc-en-ciel "viole les dispositions de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et les lois nationales de la Fédération de Russie". Plus précisément, Moscou considère que cette action constitue une forme de violation de la loi contre "l'homopropagande", que la Russie a mis en place en 2013.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskow, avait déjà déclaré fin juin que la violation par les Etats-Unis de la loi sur la «propagande gaie» n'était pas acceptable. Cette loi interdit la «promotion de relations sexuelles non traditionnelles chez les mineurs», mais le drapeau arc-en-ciel n'y est pas explicitement mentionné.