Livres nouveautés

Harlequin lance une collection de romances LGBTQ

Chantal Cyr
Commentaires

Annoncée l'an dernier, la maison d’édition de romans d’amour Harlequin créée au Canada, vient de lancer une collection racontant, en anglais, des romances vécues par des personnages issus de la diversité LGBTQ.

Intitulée Carina Adores, cette collection inclusive, qui vise un public plutôt jeune, est publiée par Carina Press, qui fait partie de la maison d’édition canadienne Harlequin. Les deux premiers livres qui inaugurent cette collection sont The Girl Next Door, sur deux jeunes femmes voisines qui tombent amoureuses l’une de l’autre, et The Hideaway Inn.

L’importance de la littérature romantique homosexuelle

Écrit par Philip William Stover, qui enseigne à l’Université de New York, The Hideaway Inn raconte l’histoire de Vince, un riche homme d’affaires new-yorkais, qui revient dans la petite ville américaine dans laquelle il a grandi. Il y retrouve Tack, son amour de jeunesse.

Selon Philip William Stover, écrire des histoires d’amour entre personnes de même sexe pour les jeunes gais et lesbiennes est important, car cela leur évite d'avoir à traduire une histoire d’amour hétérosexuelle dans leur propre réalité. Je pense que lire des livres sans devoir faire [ce] travail émotionnel peut les rendre plus forts et plus fortes , a-t-il expliqué en entrevue à l’émission As It Happens, diffusée sur les ondes de CBC One.

Lire des histoires d’amour en cachette

Philip William Stover n’aurait jamais pensé écrire, un jour, des histoires d’amour gai publiées par Harlequin. C’est une immense expérience, a-t-il confié.

Pour cet homme, qui, enfant, se cachait dans les recoins de la bibliothèque pour lire des romances, devenir écrivain de romans Harlequin représente une revanche sur le passé.

En tant que jeune gai qui lisait des romans à l’eau de rose, je devais déchirer les couvertures [des livres] dès que je rentrais à la maison avec ces livres, a-t-il raconté.

À l’époque, il usait de stratagèmes pour cacher ses lectures. Une fois que j’avais déchiré les couvertures, je prenais un autre livre – je crois que c’était un livre Star Wars – et je le mettais devant le livre que j’étais en train de lire, car, sinon, on m’aurait retiré le livre des mains, ou pire.

Pas de censure

À quel point Harlequin lui a-t-elle permis d'inclure des scènes explicites dans son ouvrage? J’ai eu énormément de liberté, tellement que je n’ai pas eu à l’exercer, a-t-il répondu.

Philip William Stover qualifie son livre The Hideaway Inn de chaste. C’est ce que je voulais. [...] Je crois que ce livre est torride, assurément, mais il n’est pas érotique. Je n’ai jamais été poussé ou forcé à le rendre plus sexy ou excitant.

Selon lui, la suite de The Hideaway Inn, qui sortira cet hiver, sera moins torride. Je voulais vraiment davantage me concentrer sur les émotions.

Chaque mois, la collection Carina Adores s’enrichira d’un nouveau titre, publié en version papier et numérique.

Le 30 juin parassait Just Like That, de Cole McCade, qui dépeint la relation entre un professeur et son ancien étudiant, puis Hairpin Curves, le 28 juillet. Ce roman d’Elia Winters raconte une histoire entre deux femmes faisant une escapade routière dans un Québec enneigé.