Nouvelle expo extérieure à la Galerie Blanc

Surréalisme et culture pop avec Village Motel

André-Constantin Passiour
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Fugues
Fugues
Photo prise par © Fugues
Fugues
Photo prise par © Fugues
Fugues
Photo prise par © Fugues
  • Fugues
  • Fugues
  • Fugues
  • Fugues

Jusqu’en avril 2021, on peut voir la toute nouvelle exposition extérieure intitulée «Village Motel» telle que mise sur pied par le commissaire et co-concepteur de la Galerie Blanc, Alexandre Berthiaume. Six artistes photographes de renommée internationale remplacent ainsi un autre duo renommé qu’était Toiletpaper (Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari). Des œuvres colorées contrastent ainsi avec la blancheur des murs pour attirer les regards des passants et les amener à y faire un petit tour. Une exposition qui s’inscrit plus que jamais dans un besoin à faire vibrer l’artère Ste-Catherine Est – et présentée par la Société de développement commercial Village Montréal et l’ensemble de ses commerçants, en collaboration avec l’Arrondissement de Ville-Marie. Rappelons que la Galerie Blanc, qui révolutionne l’approche habituelle de l’art contemporain et de son appréhension, est la seule galerie à ciel ouvert accessible 24/7, été comme hiver, en Amérique du Nord.

Christto & Andrew (Christian Sanchez Diaz et Andrew Jay Weir), Noah Kalina, Geneviève Gaignard, Elise Mesner et Maya Fuhr garnissent les murs de la Galerie Blanc de leurs cre?ations. En tout, on a droit à 44 œuvres additionnées de l’installation d’Alexandre Berthiaume, soit l’enseigne de l’expostion «Village Motel» !
 
« Je félicite tous les partenaires qui ont travaillé fort pour que cette 4e édition puisse voir le jour malgré le contexte de la pandémie.  Encore une fois, Montréal se positionne sur la scène internationale comme une ville résiliente, audacieuse et résolument créative. J'invite les Montréalais.es à venir visiter cette nouvelle proposition artistique qui leur est faite alors que, plus que jamais, nous avons besoin d'un peu d'art dans nos vies» a lancé la mairesse Valérie Plante, à propos de l’exposition.
 
«La Galerie Blanc est mon bébé depuis le premier jour, je suis content d’y retourner et de voir le succès qu’elle connaît. J’ai un background en photographie depuis des années, je trouvais qu’il y avait un manque d’exposition de la photographie. J’ai donc pensé pouvoir faire une exposition avec des artistes photographes et ce, dans le respect des artistes. […] À travers les années, on a réussi à innover ici [à la Galerie Blanc] et j’en suis vraiment très heureux», dit Alexandre Berthiaume, le concepteur-designer initial de cette galerie à ciel ouvert et qui succède à Nicolas Denicourt en tant que commissaire.
 
Mine de rien, la Galerie Blanc, à l’angle de Sainte-Cathe-rine et de Wolfe (en face du Cabaret Mado) a déjà quatre ans !
 
Cette-fois, Alexandre Berthiaume a œuvré sur une trame narrative puisque à peu près chacun a des souvenirs d’un passage dans un motel lors d’un déplacement. «On se transporte ainsi dans un lieu simple à comprendre par tout le monde ici», indique Alexandre Berthiaume qui possède un diplôme en architecture de l’Université Laval.
 
Christto & Andrew vivent entre le Qatar et le Danemark. Ils se sont connus à Barcelone, en 2012, lorsqu’ils étaient étudiants à l’université. L’un, Andrew, est originaire d’Afrique du Sud tandis que l’autre, Christto, est natif de Porto Rico. Via le cinéma, la photographie ou les installations, ils dénoncent souvent dans leurs œuvres les normes sociétales rigides avec des portraits surréa-listes, mais «avec beaucoup d’humour et avec ironie et subtilité», dit Alexandre Berthiaume. Ils ont exposé individuellement et collectivement d’Amsterdam à Moscou en passant par Düsseldorf et participé à des biennales artistiques.
 
De son côté, Noah Kalina fait parler de lui depuis maintenant deux décennies avec son projet «Everyday» où il se prend en photo une fois par jour! Cela a même été parodié dans Les Simpsons! Vivant dans le nord de l’État de New York avec un coq appelé Marcel, oui, oui, vous avez bien lu, Kalina a vu ses œuvres être vendues dans des collections privées très primées et présentées dans divers médias prestigieux. Il crée des installations imaginatives appelées «bedmounds», des sculptures sur lit, avec les draps. «C’est un geste où l’on sent la main volontaire de quelqu’un, le drap est présenté comme une personne, comme ayant une vie propre presque», indique Alexandre Berthiaume.
 
Elise Mesner est peintre, illustratrice, créatrice de mode, styliste, photographe et directrice artistique. Elle travaille dans tous les médiums artistiques. Une palette de couleurs crémeuses, des plantes, des fruits et des touches de néon dominent son univers. Elle crée ainsi des paysages idylliques à la fois devant et derrière la caméra. «Elise Mesner a beaucoup de créativité, c’est très joyeux et coloré, elle insuffle des éléments de sa féminité», de dire le commissaire de la Galerie Blanc. Originaire de Détroit, Elise Mesner habite maintenant Los Angeles.
 
L’allée centrale de la Galerie Blanc est consacrée à Genevieve Gaignard, une femme biraciale et membre de la communauté LGBT, basée à Los Angeles. «La majeure partie de son travail est axée sur comment elle se voit dans sa féminité, dans sa race, poursuit Alexandre Berthiaume. Elle envoie un message de comment on agit lorsqu’on a cette biracialité. Elle intègre aussi des éléments de la culture drag dans ses œuvres, mais tout est fait de manière très léchée, très cinématographique.» Genevieve Gaignard possède un baccalauréat en photographie du Massatchusetts College of Arts and Design (Boston) et une maîtrise en photographie de l’Université Yale. Curieusement, elle compose ses clichés avec des tapisseries anciennes fabriquées à la main et dont certaines datent de 1938! À noter que c’est la première fois que cette artiste expose au Canada.
 
Née à Victoria et vivant actuellement à Toronto, Maya Fuhr est une artiste visuelle dont les photographies exhibent un esthétisme cru et surréaliste. Elle a étudié à l’Université Concordia. «Elle est queer, elle représente la nouvelle génération d’artistes. Elle est parmi ceux dont la carrière artistique va exploser au cours des prochaines années», ajoute Alexandre Berthiaume de la firme Futil Design. Maya Fuhr crée des images empreintes de douceur et de sincérité, qui invitent le spectateur à se laisser hypnotiser par les couleurs scintillantes et séduire par une sensualité distante mais intime. Son travail favorise une ouverture à l’égard des détails qui passent autrement inaperçus dans notre quotidien. Elle a participé à des expositions dans des galeries de Londres, Paris, New York, Tel Aviv et Toronto tandis que ses œuvres ont été publiées dans plusieurs magazines et revues spécialisées.
 
«Ce fut un plaisir de travailler avec la SDC, avec Mélanie Guèvremont, la responsable de l’équipe technique, ainsi qu’avec Yannick [Brouillette, le directeur général] qui a été très sympa et à l’écoute», de terminer Alexandre Berthiaume.
 
Étant donné les circonstances exceptionnelles liées à la crise du coronavirus, il n’y aura pas cette année d’inauguration officielle de cette édition particulière de l’événement estival Aires Libres