L’édition 360 de FIERTÉ MONTRÉAL : Mardi 11 août

«Mettre de l’avant les réalités vues moins fréquemment», Elle Barbara

Julie Vaillancourt
Commentaires
Photo prise par © Elle Barbara

Elle Barbara est une auteure-compositrice-interprète d'avant-garde basée à Montréal, DJ (TS Ellise), pinup et conférencière, elle est une habituée du festival. 

Tu es de retour, cette année, à titre d’ambassadrice. Que cela représente-t-il pour toi?

Une opportunité de mettre de l’avant les réalités vues moins fréquemment. Les gens diront ce qu’ils voudront des partenariats que Fierté fait, mais, pour moi, provenant de réalités intersectionnelles, c’est-à-dire queer, trans et noire, le fait d’être associé à Fierté peut être validant; pour une personne plus jeune que moi qui serait en train de vivre une intersectionnalité similaire; ça peut aussi être un encouragement à l’acceptation pour des parents d’enfants qui sont issus de l’immigration, d’origine haïtienne, latino, dont les enfants sont queer et qui ont de la difficulté à accepter. Or, si les réalités de leurs enfants cadrent dans un contexte soutenu par Fierté, ça normalise les expériences. 

Mardi 11 août, tu es de l’évènement « FemmXs, les femmes inspirantes de la DSG (Diversité sexuelle et de genre) ». Peux-tu nous en dire plus sur cette journée?

C’est une journée dont la programmation débute dès 9h sur Facebook! On aura une capsule sur la santé mentale, je vais aussi faire une entrevue; sur MAtv, il y aura un panel avec Naomi Champagne, une trans noire haïtienne de Montréal et Carolina Montrose [connue pour HER]. Je ferai aussi un Q & A, il y aura un sister circle, sur inscription, un DJ set de Mistress Barbara sur Instagram et ça fini avec une performance de Melissa Etheridge. C’est toute une programmation et Fierté Montréal, à son habitude, essaie de mettre la lumière sur des identités particulières, d’une journée à l’autre.

Justement, parlant de la thématique de cette journée; « FemmXs » qu’est-ce que cela signifie pour toi? 

Pour moi, c’est un langage qui essaie d’aller dans le sens inverse du patriarcat. « FemmXs », un nouveau concept? Dans un sens, oui. Je pense que les personnes dont l’identité n’est pas entièrement dans l’identité de femme sont invitées, ces dernières années, à cause de l’éclosion des nouvelles vagues du féminisme, du gender, des queer théories, il y a un mouvement plus inclusif, plus intersectionnel, qui essai d’inclure des personnes dont on parle rarement de l’expérience dans un contexte féminin.  

D’ailleurs, le mouvement #blacklivesmatters s’inscrit dans une perspective intersectionnelle et inclusive. Ses cofondatrices, Patrisse Khan-Cullors, Alicia Garza, Opal Tometi, sont des femmes afro-américaines, s’identifiant, selon le cas, comme queer et/ou féministe [transnationale]. Où te positionnes-tu dans ce mouvement, grandement d’actualité?

Plutôt que féministe, j’ai tendance à me pencher sur la vague du womanism qui se revendique comme étant un féminisme noir. De par mon existence afrodescendante, je ne milite pas seulement quand il y a une vague; je m’en suis rendu compte il y a quelques années, c’est quelque chose que je n’ai pas le choix de faire tout le temps.  C’est bien que ce soit d’actualité, mais moi c’est quelque chose qui va toujours faire partie de mon discours. Je suis contente, justement, d’être la porte-parole de cette journée, parce que ce n’est pas une journée qui cherche à rassembler uniquement les personnes afrodescendantes. Le fait de nommer une personne noire [comme ambassadrice], pour moi, c’est quelque chose que j’accepte volontiers et je trouve que c’est signe d’une belle représentation. Ça doit continuer chaque année et dans un contexte médiatique, au-delà de l’histoire de George Floyd; on doit demander aux personnes noires, aux personnes indigènes et racisées de représenter les communautés dans un contexte qui sort même de leur identité racisée.

En terminant, tu te souviens de ta première fierté? 

La première fois que j’ai célébré la Fierté, j’étais pas si jeune, car je n’ai pas grandi dans un contexte où on en parlait et où c’était accepté…  Donc ma première fois, c’était vers 20 ans, avec un ami plus vieux qui m’a emmenée, je me sentais un peu bizarre, pas à ma place au début... J’ai fait beaucoup de chemin depuis…

Parlait de chemin et de s’afficher, ce n’est pas un secret, tu aimerais faire la couverture du Fugues. Pourquoi tu ferais une bonne cover girl / cover queer ?

C’était une blague!... Mais écoute, je sais pas combien de femmes trans noires il y a eu sur la couverture? … Ce que le mouvement #blacklivesmatters revendique en grande part, c’est la sortie des droits des personnes queer et trans noires et je crois que ce serait une hyper belle représentation, mais aussi une forme d’encouragement pour une personne plus jeune qui vit à Montréal Nord, à Saint-Michel, ou un milieu ethnoculturel fermé par rapport à ça; de voir une telle représentation, je pense que ça peut être positif! 

INFOS | www.facebook.com/fiertemontrealpride