Drapeaux de la fierté 101

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les drapeaux de fierté LGBT…

Yves Lafontaine
Commentaires

Il semble que chaque année, il y a plus de drapeaux rayés que jamais pour représenter chaque groupe célébrant la fierté. À l'instar des couleurs multicolores utilisées dans le code des mouchoirs (que certains hommes gais utilisaient pour draguer), il peut parfois être difficile de se rappeler quel drapeau représente quelle sous-culture, simplement en regardant les drapeaux utilisés — ceux géants en tissu qui s'étendent sur plusieurs blocs de la ville, jusqu’aux minuscules symboles emojis inspirés des drapeaux de la fierté partagés sur les réseaux sociaux.

Et, en plus, les drapeaux de Fierté sont en constante évolution. Au cours des dernières années, le drapeau traditionnel à rayures arc-en-ciel a été remplacé ou complémenté à certains endroits par des versions «plus progressives», qui ajoutent des couleurs pour reconnaître les groupes qui se sont historiquement sentis exclus des événements de la fierté.

D'où viennent tous ces drapeaux de la fierté ? Pourquoi en avons-nous besoin ? Les réponses à ces questions sont simples: elles sont nées d'un besoin d'affirmer la présence des personnes LGBTQ + et de leur communauté à un moment où elles avaient tendance à être négligées par la culture dominante. En arborant un drapeau, les militants des décennies passées ont pu attirer l'attention sur leur existence, se retrouver, pousser vers une plus grande inclusion.  Mais l'analyse de la signification de chaque drapeau est un peu plus complexe. Explications. 

Tour d’horizon des symboles utilisés auparavant

Avant la création du drapeau aux rayures arc-en-ciel, la communauté LGBTQ + avait tendance à utiliser le triangle rose comme symbole, adapté de l'insigne que les prisonniers homosexuels étaient obligés de porter dans les camps de concentration nazis. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont forcé ceux perçus comme homosexuels à porter un triangle pointant vers le bas dans les camps de concentration. Environ 100 000 personnes auraient été détenues et plus 75 000 auraient été tuées, majoritairement des hommes gais, mais pas uniquement. 

Par la suite, le triangle rose le plus célèbre est celui qui a été adopté par le groupe de défense ACT UP dans la lutte contre le VIH/ sida. 

Il y a eu aussi une certaine utilisation du symbole grec lambda, des œillets verts, des plumes bleues, de l’as des cartes à jouer et une empreinte de main violette.  

Les œillets verts sont apparus pour la première fois lorsque Oscar Wilde les a adoptés pour son entourage à la fin des années 1800. 

La main violette ou pourpre remonte à une manifestation en 1969: après que le journal Examiner de San Francisco ait publié un éditorial homophobe sur les bars gais, des citoyens ont manifesté devant les bureaux du journal. Les employés ont jeté de l'encre sur les manifestants, qui ont ensuite utilisé l'encre pour marquer des empreintes de leurs mains le bâtiment pour montrer qu'ils étaient là. 

Le symbole Lambda représente l'énergie et l'équilibre, et a d’abord été utilisé par la Gay Activists Alliance dans les années 1970, puis bien d’autres organismes gais et lesbiens l’ont adopté. À Montréal, les groupes Jeunesse Lambda, Ligue de quilles Lambda et Tennis Lambda sont quelques-uns des groupes à l’avoir adopté. 

Le labrys a été le symbole des femmes dans les années 1970 pour un certain nombre de lesbiennes et d'organisations féministes. Sa popularité a augmenté lorsque  es articles sur ses origines ont été publiés dans la littérature féministe de l'époque. Aujourd'hui, le labrys a été remplacée par d'autres symboles, mais on peut encore voir orner les bijoux et les magasins spécialisés de femmes. Cependant, aucun de ces symboles ne s’est répandu comme symbole global des communautés ce la diversité sexuelle et de genre dans les temps modernes.

 

Quelle est l'histoire du drapeau arc-en-ciel de la fierté?

L'histoire du drapeau arc-en-ciel de la fierté remonte à Harvey Milk, le célèbre élu municipal de la ville de San Francisco, et à son ami Gilbert Baker dans les années 1970. Baker avait servi dans l'armée et a déménagé à San Francisco après sa libération honorable. Là, il s'est lié d'amitié avec Milk, qui l'a mis au défi de créer un symbole pour ce qui était alors plus communément appelé la communauté gaie. Baker à l’aide de deux amis (Lynn Segerblom et James McNamara, qui ont respectivement équilibré le processus de teinture et cousu le drapeau) a développé une version arc-en-ciel qui avait huit couleurs, avec une bande rose vif et une bande turquoise. Bien qu'il ait souvent été appelé le «drapeau de la fierté gaie» à ses débuts, le drapeau arc-en-ciel a très rapidement été adopté par une communauté beaucoup plus large que les hommes gais et il perçu comme inclusif des lesbiennes, des personnes bisexuelles et des personnes trans ou poly, asexuées ou queer. Les termes «Gai» ou «Gay» comme terme fourre-tout pour tout ce qui n'est pas conforme au genre est un vestige du patriarcat qui disparaît. Au fil des ans, le drapeau aux rayures arc-en-ciel est devenu l’icône la plus forte de la Fierté. Mais au fil des ans, des groupes au sein de la communauté queer ont ressenti le besoin d'affirmer spécifiquement leur présence également. Les groupes lesbiens, bisexuels, transgenres et même en cuir ont créé des symboles pour leurs communautés et, avec le temps, sont devenus plus répandus. Il existe facilement des dizaines de drapeaux Fierté, chacun légèrement différent. Parce que les drapeaux représentent différentes communautés homosexuelles, plutôt que des organisations officielles, ils sont dynamiques et flexibles, et de nouveaux peuvent apparaître lorsque les anciennes tombent en désuétude.

 

Que signifient les drapeaux de Fierté?

Le drapeau arc-en-ciel original utilisait huit couleurs pour représenter différents aspects spirituels et émotionnels de la psyché. Le rose vif, avant son retrait, représentait le sexe; le rouge signifie la vie; l'orange signifie la guérison; le jaune signifie la lumière du soleil; le vert signifie la nature; turquoise signifie magie et art; l'indigo (Le turquoise et l’indigo ont été par la suite remplacé par le bleu royal) signifie la sérénité; et violet signifie esprit. Aujourd'hui, aux côtés de la version originale arc-en-ciel à huit couleurs (qui connaît un retour en force) créée dans les années 1970 vous verrez aussi surtout la version à six couleurs, maintenant la plus répandue, et parfois, une version conçue par Daniel Quasar qui ajoute un chevron triangulaire sur un côté, avec des couleurs honorant la communauté trans ainsi que les personnes de couleur. Celui-ci est communément appelé le «drapeau progressif de la fierté». Vous pouvez également voir une version différente, lancée à Philadelphie et Chicago, il y a quelques années qui met des rayures noires et brunes au sommet avant le rouge.

Le drapeau de la fierté bisexuelle est également utilisé depuis de nombreuses années. Il a un bloc rose en haut, une bande violette plus mince, puis un bloc bleu en bas. Tel que conçu, le rose représente une attraction pour le même sexe, le bleu représente une attraction pour un autre sexe et la fine bande violette représente l'étendue du spectre des sexes.

Le drapeau de la communauté transgenre créé par Monica Helms se compose de cinq bandes horizontales : deux en bleu clair, deux en rose, et une en blanc au centre.

Le drapeau de la Fierté Pansexuelle est composé de rayures roses (représentant l'attraction pour les femmes), jaunes (attraction pour les personnes non binaires) et bleues (attraction pour les personnes masculines).

Un drapeau de la Fierté Polyamoureuse moins largement adopté a une bande bleue (ouverture de représentation), rouge (passion) et noire (solidarité) avec un symbole Pi d'or (attachement émotionnel) au milieu. Une variation du drapeau Poly transforme la bande noire en triangle et remplace le symbole Pi par une bande jaune.

Le drapeau de la Fierté Asexuelle, créé en 2010, a quatre bandes: noir pour représenter l'asexualité, gris pour la démisexualité, blanc pour les alliés et violet pour la communauté.

Les autres variantes du drapeau de la fierté comprennent ceux de la Fluidité du genre; ceux forts populaires à Montréal respectivement pour les communautés Cuir ou et la communauté Bear/Ours; un drapeau de la Fierté Polysexuelle; les drapeaux des Fiertés Agenrée et Aromantique; et même un drapeau de la Fierté Alliée, qu’on voit maintenant assez rarement, qui compte un grand triangle arc-en-ciel au milieu de rayures noires et blanches.

 

Fierté et entreprise

Publicités ciblées, produits dérivés et logos d’entreprises aux couleurs de l’arc-en-ciel. Parfois critiquée, la « commercialisation » entourant les revendications de la communauté LGBTQ+ a aussi contribué à faire avancer la cause. Ce phénomène qui dure déjà depuis plusieurs années, et semble s’être amplifié récemment. Dès les années 1990, les entreprises privées ont commencé à s’allier au milieu LGBTQ+. Au même moment naissait le concept de « pinkwashing », qui dénonçait la commercialisation de la campagne contre le cancer du sein. L’étiquette colle maintenant à certaines entreprises accusées de se rapprocher de la communauté LGBTQ+ pour en tirer profit, monétairement ou socialement. Reste que cette association de longue date entre entreprises et communautaire a bénéficié aux deux parties. Cela dit, à partir du moment où l’entreprise n’est pas authentique dans sa démarche, c’est là qu’on commence à parler de «washing» et que ça peut nuire aux marques qui en abusent. Une compagnie qui joue la carte de l’inclusivité, si elle la joue pour de mauvaises raisons, à long terme, elle en paie en général le prix, parce qu’on vit dans un monde de plus en plus transparent. Cela dit, il ne faudrait pas diaboliser les intentions des entreprises privées, même si leur modèle d’affaires demeure basé sur le capitalisme. Car, disons-nous le, il n’y a pas beaucoup d’entreprises qui ont une approche mensongère à l’égard de leur engagement auprès de la communauté LGBT. Si on regarde les effets sociaux de manière globale, en termes notamment d’acceptabilité, de normalisation, si on regarde également l’apport économique direct de ce genre d'initiative, on est devant un portrait est assez positif.

 

Existe-t-il un drapeau Black Lives Matter Pride?

Comme il n’y a pas d’autorité qui chapeaute les drapeaux de la fierté, des tonnes de variations existent. C’est ainsi qu’au cours des dernières années, on a vu lors de nombreuses manifestations et défilés, une augmentation des drapeaux Pride combinés avec les drapeaux Black Lives Matter. Une version populaire place un poing au centre des rayures arc-en-ciel, avec des rayures noires et brunes constituant le poing. Un autre place simplement les mots Black Lives Matter sur l'arc-en-ciel à l'ancienne. La combinaison des deux mouvements a beaucoup de sens, car non seulement le mouvement Vlack Lives Matter  est issues de femmes queer racisées, mais les deux causes 

s'alignent l'une sur l'autre. Le mouvement de libération LGBTQ + moderne a été touché par des personnes de couleur queer et trans et leur lutte se poursuit jusqu'à ce jour, les deux communautés recherchant la justice, l'égalité et l'absence d'oppression. Et parce que beaucoup de gens appartiennent aux deux communautés, ce ne sont pas deux causes distinctes, mais plutôt se chevauchent.

En d'autres termes, c'est formidable d'honorer la lutte pour les droits civils en faisant flotter un drapeau; mais encore mieux d'honorer ce combat en participant et en luttant pour l'égalité pour tous.

 

INFOS | www.fiertemtl.com