DU 23 AU 27 SEPTEMBRE PROCHAIN

Le pouvoir de la musique, c’est aussi de nous éveiller

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Fugues
POP Montréal sera cette année dans un format hybride, une partie numérique, le funhouse 2.0 (déambulations virtuelles dans un théâtre du Rialto 2d avec concerts en streaming, galerie d'art etc...) et sinon dans la vie réelle, il y aura des concerts dans toutes les salles du théâtre du Rialto en mode «sitting only» ainsi qu'au Ministere et Ursa. Et enfin, des concerts pop-up secrets (cours, toits et autres lieux atypiques), dont le lieu sera révélé à la dernière minute aux détenteurs de billets.
 
En dévoilant les premiers noms de la programmation, Daniel Seligman, directeur Artistique de POP Montreal s’est écrié «WOW 2020, quelle nouvelle réalité intense !  Pour POP Montréal, il est plus important que jamais d'apporter la musique, l'art et la culture à notre communauté à Montréal et au-delà. Nous sommes fiers de soutenir les artistes qui présentent des œuvres passionnantes et des idées stimulantes.»
 
Temps de Covid oblige, le festival Pop-Montréal doit jongler pour offrir des spectacles avec le maximum de respect des consignes sanitaires. Un vrai casse-tête pour les producteurs de spectacles vivants «Nous nous adaptons et nous trouvons tout cela de manière sûre et responsable, poursuit Daniel Seligman. «Ce sera une édition très locale du festival avec certaines des meilleures musiques qui sortent de notre partie du monde en ce moment. Il y aura moins de spectacles dans quelques lieux socialement éloignés et en plein air, et la plupart des spectacles seront diffusés en continu et disponibles sur notre site web pour ceux qui ne peuvent pas y assister en personne.» Ce sera, entre autres, l’occasion de découvrir le rap métal époustouflant de Backxwash, la cumbia électrique extatique de Lido Pimienta, lauréate du prix Polaris et le basement jam de Socalled.  
 
Lido Pimienta
Venue de Colombie, Lido Pimienta se définit comme canadienne, d'origine afro-colombienne Wayuu, le nom d'un peuple autochtone les plus importants en Colombie et au Venezuela dont elle possède des origines du côté maternel. Il y a trois ans, Lido Pimienta est sortie de nulle part pour gagner le prix Polaris avec son premier album La Papessa, paru sans l’appui d’une maison de disques et chanté entièrement en espagnol. La voilà qui vient de lancer ce printemps Miss Colombia, une œuvre encore plus forte que la précédente et qui constitue une véritable ode à la diversité et à l’affirmation de soi. Ses chansons font référence par la musique à ses ancêtres et ses thèmes privilégiés tournent autour des femmes, pour cette artiste qui se définit comme féministe, queer et intersectionnelle. On a parfois comparé le travail de Pimienta avec celui de Björk. C’est vrai, les deux combinent avec ingéniosité les sonorités électroniques et organiques, à la différence que la pop de la musicienne canadienne se double d’influences latines. Mais surtout, les deux chanteuses utilisent leur voix riche comme outil pour se faire entendre, non seulement au sens propre, mais aussi au sens figuré, symbole de leur volonté d’exister et de partager leur identité personnelle et collective. Son plus réçent album, Miss Colombia est une œuvre qui nous confronte à nos propres privilèges en nous éveillant à la réalité des populations marginalisées: celles des femmes, des immigrantes, des autochtones, des queer… Toutes des identités dont Lido Pimienta 
se réclame.
 
Backxwash
Un océan sépare Lido Pimienta de Backxwash et pourtant le même désir de s'imposer dans leur spécificité culturelle et de genre, et de dénoncer le sort fait aux femmes partout dans le monde. Backxwash se définit comme zambo-canadienne, trans et rappeuse. Tout cela pourrait paraître antinomique, mais celle qui est arrivée à 17 ans au Canada a choisi de s'exprimer avec le style de la rue, le rap, mais en y apportant ses touches personnelles bien loin des thèmes conventionnels abordés par ce style de musique associé au monde des hommes. Son premier album God Had Nothing To Do With This Leave Him Out Of It est percutant… Un grand coup de poing qui nous rappelle que la réalité est parfois bien dure pour beaucoup. Il y a quelques semaines, l’abum s’est classé sur la courte liste du prix Polaris, qui célèbre chaque année le meilleur album canadien. «Je ne m’attendais vraiment pas à ce que cet album se rende aussi loin», indique la rappeuse et productrice, qui est la toute première rappeuse québécoise à obtenir une telle nomination. Avec ce nouvel opus, Backxwash voulait transposer ses émotions. Pour en arriver là, celle qui a quitté la Zambie il y a plus d’une décennie a dû replonger dans son passé. L’artiste trans qu’elle est maintenant est à 180 degrés de celle qu’était un enfant hyper chrétien. Bien qu’elle croit toujours en Dieu, ce n’est plus d’une manière traditionnelle. 
 
Socalled
Enfin, Socalled, de son vrai nom Joshua Dolgin est un artiste multidisciplinaire mais qui s'est fait connaître par le mariage du rap, du funk, de la pop et du klezmer, la musique traditionnelle des Juifs d’Europe de l’Est. Il se définit lui-même avec humour comme le Mahatma Ghandi du hip hop. Né à Ottawa et vivant à Montréal, ouvertement gai, et auteur de plusieurs albums qui s'inspirent de la musique traditionnelle juive, le moins qu’on puisse dire de Socalled, c’est que l’éclectisme est la carte de visite du personnage. Lors de sa dernière entrevue avec Fugues, en septembre 2018, il nous présentait ses deux derniers projets: un album de musique traditionnelle yiddish et… son premier film érotique gai comme réalisateur. On ne sait pas encore ce qu’il nous réserve pour l’édition 2020 du Festival Pop, mais gageons que ce génial touche-à-tout nous fera partager sa passion. 
 
Outre Lidio Pimienta, Backxwash et Socalled, le festival Pop Montréal proposera aussi le bonheur orchestral cinématographique de Flore Laurentienne, le jazz de Plants & Animals, le jazz pizzicato de Thanya Lyer, la pop électro expérimentale de Paradis Artificiel, du r&b classique de Clerel et le sombre prophète du folf-rock français, Antoine Corriveau, pour n’en nommer que quelues-uns. Des artistes aux origines et aux horizons musicaux différents, mais qui partagent la même passion de nous emmener aux confins et à la mixité des cultures. Clairement, l’édition 2020 toute spéciale de Pop Montréal sera sous le signe de la diversité dans toute sa beauté et le partage par la musique. Elle proposera des univers bien différents, mais qui assurément nous feront bouger et vibrer pour bien commencer l'automne. 
 
Toutes les listes de spectacles, les horaires, les billets