Pologne

Les évêques préconisent des cliniques pour réorienter sexuellement les personnes LGBT

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Les évêques de Pologne demandent l'ouverture de «cliniques» de «thérapie de conversion» pour permettre aux personnes LGBT de «retrouver leur orientation sexuelle naturelle».

À la suite de la Conférence épiscopale polonaise qui a duré trois jours la semaine dernière, les évêques de Pologne ont produit un document de 27 pages indiquant leurs positions sur les questions LGBT.

Au-delà d'une condamnation formelle de la violence contre la communauté LGBT, les évêques considèrent le mouvement LGBT comme «une force morale et culturelle de transformation qui habitue la société à des comportements qui étaient moralement répréhensibles jusqu'à récemment».

Plus inquiétant encore, le document des évêques promeut l'idée de lieux de «thérapie de conversion» pour la communauté LGBT en Pologne.

Le document déclare: «Au vu des défis créés par l'idéologie de genre et les mouvements LGBT +, et surtout en gardant à l'esprit les difficultés, la souffrance et les blessures spirituelles vécues par ces personnes, il est nécessaire de créer des cliniques (avec l'aide de l'église ou au sein ses structures) pour aider les gens à retrouver leur santé sexuelle et leur orientation sexuelle naturelle».

Les évêques polonais admettent que l'idée de «centres de conseil en thérapie de conversion» est «clairement en contradiction» avec les preuves scientifiques, mais persistent tout de même dans leur doctrine en se basant sur des «témoignages» prouvant qu'«une sexualité différente n'est pas un  irrévocable, mais un symptôme de blessures à différents niveaux de leur personnalité».

Le document des évêques est le dernier d’une longue liste d’attaques contre la communauté LGBT de Pologne par son gouvernement et l'église catholique polonaise encore très influente dans le pays.
Plus d'un tiers de la Pologne est désormais devenue une «zone sans LGBT», s'engageant à s'abstenir de tout acte encourageant la tolérance et en évitant de fournir une aide financière aux ONG œuvrant pour l'égalité des droits.