Chine

Une militante LGBT perd un procès contre un livre homophobe

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Une militante LGBT chinoise s'est vue déboutée de sa tentative de faire interdire un livre d'université qui décrit l'homosexualité comme «un trouble psychosexuel commun».

La Chine a cessé de classifier l'homosexualité comme une maladie mentale en 2001, mais la discrimination n'a pas cessé et aucune protection juridique n'a été mise en place, ce qui pousse la plupart des membres de la communauté LGBT à cacher leur identité sexuelle.

La jeune femme de 23 ans, sous le pseudonyme de So Xixi, avait tenté d'utiliser pour faire interdire le livre une loi sur la protection des consommateurs, qui ne permet pas plus de 0,1% d'erreurs dans un livre scolaire ou universitaire.

Elle avait donc embauché un correcteur professionnel, qui a trouvé dans le livre, entre fautes de frappe et autres petites imperfections, 0,19% d'erreurs - presque le double de la marge autorisée. Mais après trois ans d'effort, un tribunal a finalement rejeté sa demande.

«Je suis triste» face à «la déception de notre communauté tout entière», a-t-elle déclaré depuis Hong Kong, où elle est basée actuellement. Elle a indiqué qu'elle ferait appel de la décision.

Les militants de la communauté LGBT en Chine se plaignent d'un durcissement ces dernières années, et le groupe le plus connu du pays, ShanghaiPRIDE, a annoncé récemment avoir mis fin à ses activités et événements pour des raisons de sécurité.

So Xixi, originaire de la province de Guangdong (sud-est), dit avoir dû faire face à l'homophobie et la discrimination pendant toute sa scolarité en Chine. «La société entière en Chine est incroyablement homophobe», a-t-elle ajouté. Ce cas est le deuxième où la justice rejette une tentative de faire interdire des livres scolaires homophobes.