États-Unis

17 % des personnes LGBT+ ont déjà été sans-abri dans leur vie aux États-Unis

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

La situation risque malheureusement d'empirer à cause de la crise sanitaire avec la perte d'emplois massive ! Les personnes LGBT doivent sans cesse faire face à l’homophobie et à la transphobie, et sont de fait bien plus exposées à de nombreuses difficultés. Une récente étude vient de révéler que 17 % des personnes LGBT vivant aux États-Unis ont déjà été sans-abri au cours de leur vie. Un constat des plus alarmants.

Les LGBT confrontés à de cruelles difficultés pour vivre : La vie n’est pas facile pour les personnes LGBT. Les rapports se multiplient pour alerter sur les difficultés auxquelles elles doivent faire face. En France, les actes homophobes et transphobes ont augmenté de 36 % en 2019, tandis qu’il a été révélé que les militaires LGBT+ étaient bien plus souvent victimes de harcèlement sexuel au sein de l’armée américaine.

Aux États-Unis, 17% des adultes LGBT ont été sans domicile fixe à un moment donné de leur vie, selon une nouvelle étude du Williams Institute. Réalisée à l’aide des données recueillies à partir de la Generations Study et de la Transgender Population Health Survey des États-Unis, elle est la première à fournir des estimations du pourcentage d’adultes de sexe et de minorité sexuelle sans-abri par rapport aux adultes hétérosexuels cisgenres à l’aide d’un échantillon représentatif à l’échelle nationale. Ne sont pas comptées comme personnes sans-abri uniquement celles qui dorment dans la rue, mais aussi celles qui dorment sur le canapé d’un ami, dans leur voiture ou dans une tente, ou dans tout autre type d’abri temporaire.

71 % des personnes LGBTQ ayant été sans-abri l’ont été pour la première fois alors qu’elles étaient adultes, tandis que 20 % d’entre elles étaient encore mineures.

Lorsque la marginalisation se cumule : Des études antérieures ont montré qu’entre 20 % et 45 % des jeunes sans-abri s’identifient comme LGBTQ, et que les personnes homosexuelles âgées de 18 à 25 ans sont deux fois plus susceptibles d’être sans-abri que les personnes hétérosexuelles, comme le rapporte LGBTQ Nation. Les personnes LGBTQ sont également au moins 15 % plus susceptibles d’être pauvres que les adultes hétérosexuels cisgenres. L’étude du Williams Institute montre que les personnes de races et de sexes marginalisés peuvent connaître des taux de sans-abrisme encore plus élevés. Alors que seulement 15 % des personnes LGBTQ blanches ont connu une situation de sans-abrisme, le taux pour les personnes LGBTQ noires est de 18 %.

De même, alors que 15 % des hommes et des femmes cisgenres ont connu le sans-abrisme à un moment donné de leur vie, ce taux monte à 17 % pour les femmes cis, à 22 % pour les personnes de genre non binaire, et à 28 % pour les minorités sexuelles. Cependant, l’étude souligne que ces différences entre les races et les sexes ne sont pas statistiquement significatives car elles peuvent être spécifiques à cette étude en particulier et ne reflètent pas nécessairement ce que l’on verrait dans la population générale.

Une situation qui risque d'empirer avec la crise sanitaire : Malheureusement, ces chiffres ont probablement empiré au cours de l’épidémie de coronavirus. Les Américains LGBTQ, en particulier ceux de couleur, sont déjà vulnérables à la discrimination en matière de soins de santé et d’emploi, souffrent de pertes d’emplois et d’un taux croissant de cas positifs selon les données préliminaires recueillies auprès de plusieurs groupes de défense des droits LGBTQ, comme le rapporte USA Today.

Par conséquent, beaucoup plus de personnes LGBTQ sont aux prises avec le chômage, l’itinérance et l’insécurité alimentaire par rapport aux autres Américains, tout en faisant face à une augmentation des taux de problèmes de santé dus aux préjugés, à la maladie mentale et au manque d’assurance. " Nous estimons que 139 700 adultes transgenres étaient au chômage au début de la pandémie de coronavirus. Les récentes pertes d’emplois dues aux ordonnances officielles imposant des pratiques de distanciation sociale augmenteront probablement ce nombre et exacerberont les disparités existantes en matière d’emploi ", a déclaré Jody L. Herman, spécialiste des relations publiques au Williams Institute et co-auteur d’un récent rapport sur le Covid-19 et les transgenres américains.