Amérique Latine

L'Argentine introduit des quotas d'emploi des personnes transgenres dans le secteur public

Yannick LeClerc
Commentaires

Vendredi dernier, le gouvernement argentin a présenté une mesure à destinations des travailleurs du secteur public selon laquelle 1% des postes doivent être occupés par des personnes transgenres.

Signé de la main du président argentin, Alberto Fernández, un décret présidentiel acte la mise en place d’un quota pour favoriser l’embauche des personnes trans dans le secteur public, rapporte depuis vendredi la presse argentine, à l’image du quotidien de gauche, Página 12. Concrètement, cette décision qualifiée de «reconnaissance historique» par la Fédération argentine LGBT, prévoit qu’au moins 1% des postes de l’administration nationale soient réservés aux personnes transgenres, transexuelles et travesties, qu’elles aient obtenu ou non le changement de la mention du genre à l’état civil – un acte qui ne nécessite qu’un simple passage devant l’officier d’état civil depuis 2012 dans le pays.

«Tout personne travestie, transexuelle ou transgenre a le droit à un travail digne et productif, dans des conditions équitables et satisfaisantes, mais aussi à la protection contre le chômage, sans aucune discrimination en raison de leur identité de genre ou de son expression», précise d’ailleurs le décret, inspiré d’une mesure similaire adoptée par l’Uruguay en 2018 pour favoriser l’emploi de ces personnes extrêmement précaires. Selon les associations LGBTI, en Argentine, plus de 95% des transgenres ne parviennent pas à trouver du travail.