Philippines

Le marine américain qui avait étranglé une femme trans gracié par le président Duterte

L'équipe de rédaction
Commentaires

Joseph Scott Pemberton, un marine américain qui a étranglé à mort une femme transgenre aux Philippines, a été expulsé du pays après une grâce controversée de son président la semaine dernière.

Dimanche 13 septembre, l'ex-marine a quitté le pays à bord d'un avion militaire américain à destination des États après que le président philippin Rodrigo Duterte lui ait accordé une grâce.

Il était à mi-chemin d'une peine de 10 ans pour le meurtre en 2014 d'une femme transgenre philippine Jennifer Laude alors qu'il était stationné sur une base militaire américaine dans le pays.

Joseph Scott Pemberton est "interdit à perpétuité" aux Philippines, a déclaré le bureau de l’immigration du pays dans un communiqué alors qu’il était renvoyé aux États-Unis, moins de six ans après avoir étranglé Laude à mort.

La grâce de Duterte a mis en colère la communauté LGBT. Le marine s'est toujours défendu en affirmant qu'il avait agit en état de "légitime défense" en étranglant Jennifer Laude après avoir découvert qu'elle était transgenre.

Il ne s’est jamais excusé auprès de la famille de la victime et a constamment fait pression pour obtenir une libération anticipée avec le soutien apparent de l’ambassade américaine.

Les militants LGBT ont déclaré que sa libération constituait une "parodie de la justice".

Le porte-parole du président philippin a déclaré lors d'un point de presse: "Je pense que cette grâce visait à garantir que les Philippins bénéficieraient d'un vaccin contre le Covid-19 si les Américains en développaient un. Je ne vois aucun problème à cela". 

Rodrigo Duterte est souvent comparé à Trump pour ses sorties souvent obscènes, ciblant généralement les personnes LGBT. Il a déjà qualifié d'homosexuels ses opposants aux élections et a plaisanté sur les thérapies de conversion.