Russie

Un néo-nazi russe, agresseur d'homosexuels, retrouvé mort en prison

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Le néo-nazi russe Maxim Martsinkevich, auteur d'agressions d'homosexuels filmées et duffusées sur Internet, a été retrouvé mort dans la prison où il était détenu. 

Selon les médias, le néo-nazi russe Maxim Martsinkevich (surnommé "Tesak", couperet) a été retrouvé sans vie dans une cellule de la ville de Tcheliabinsk mercredi matin. La prison a annoncé que les tentatives de réanimation avaient échoué et qu'un suicide était présumé. 

L'homme de 36 ans a fait la une des journaux mondiaux en 2013 en tant que chef d'un groupe portant le titre "Occupy Pedophilia", qui attiré des hommes homosexuels dans un piège via les forums de rencontre en ligne et les humiliait publiquement et avec violence dans des vidéos postées ensuite sur les réseaux sociaux.

Martsinkevich lui-même a participé à plusieurs de ces agressions. Sur la base de ce modèle, d'autres groupes homophobes s'étaient formés dans plusieurs régions de Russie et dans certains États de l'ex-bloc de l'Est.

Le mouvement s'est ensuite calmé: d'une part, des opérateurs tels que YouTube ont supprimé les vidéos et les chaînes concernées, et d'autre part, des enquêtes pénales ont été menées contre certains groupes qui ont abouti à des condamnations à plusieurs années de prison.

Maxim Martsinkevich a été condamné à cinq ans de prison en 2014. Le procureur de la République l'avait inculpé pour une vidéo de torture au motif d'"incitation à la haine, à l'hostilité ou à la dégradation de la dignité humaine" et l'avait fait extradé de Cuba, d'où il s'était enfui.

Le procès portait principalement sur le racisme dans l'une des vidéos, même si la victime a également été humiliée en raison de son homosexualité. La peine a ensuite été réduite à deux ans et dix mois. 

Martsinkewitsch a de nouveau comparu devant le tribunal en 2017 pour un total de huit attaques et vidéos de torture de 2013 et 2014. Il a été condamné à dix ans dans un camp pour blessures graves, vol qualifié, sédition et dégradation de personnes, entre autres. Au moment de sa mort, il n'était pas hébergé dans l'aile de haute sécurité, mais dans une cellule de détention provisoire afin d'être transféré à Moscou.