Église catholique

Le pape François a reçu des parents d’enfants LGBT

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Le pape François s’est entretenu, le 16 septembre dernier, avec des parents d'enfants LGBT. "L'Eglise aime vos enfants tels qu'ils sont parce qu'ils sont tous enfants de Dieu", a déclaré le pontif lors de cet échange.

Le pape a rencontré 40 parents d’enfants LGBT le 16 septembre dernier pour entendre leurs inquiétudes concernant le mépris de l’Église pour leurs familles.

Les parents, tous membre de l'organisation de parents LGBT catholiques Tenda di Gionata, ont raconté au pape François le climat auquel leurs enfants faisaient face dans l'église.

À la fin de la réunion, la vice-présidente du groupe, Mara Grassi, a donné au pape François un document qui détaille les expériences des parents catholiques d'enfants LGBT.
Il a également reçu un t-shirt aux couleurs de l'arc-en-ciel arborant les mots: "En amour, il n'y a pas de peur".

En conclusion de l'échange, le pape François a dit aux parents réunis: "Aimez vos enfants tels qu'ils sont, car ils sont enfants de Dieu".

S'exprimant après l'événement, Maria Grassi a déclaré que son organisation souhaitait créer un dialogue entre les personnes LGBT et l'église catholique.
"En me inspirant du titre du livre que nous lui avons présenté, j'ai expliqué que nous nous considérons chanceux parce que nous avons été forcés de changer la façon dont nous avons toujours regardé nos enfants, a-t-elle dit. Nous voulons créer un pont avec l'église pour que l'église aussi puisse changer son regard sur nos enfants, ne plus les exclure mais les accueillir pleinement".

Les parents ont remis des lettres au pape François sur leurs expériences détaillant leurs parcours d'acceptation face au sentiment anti-LGBT dans leur église.

Depuis son élection, le pape François a eu des positions ambiguës sur l'homosexualité. Dans une conférence de presse donnée en août 2018 il avait déclaré sur l'homosexualitéÉ: «Quand cela se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses». Une phrase qui contrastait avec une déclaration antérieure où il disait «Qui suis-je pour juger ?».