La saison 2020-21 du M.A.I.

Prendre à cœur s’en foutre, car rien n’est vrai et tout est possible

Yannick LeClerc
Commentaires

Le MAI n’est ni une institution ni un centre d’artistes autogéré. On parle souvent du MAI comme d’une étrange bête en raison de son modus operandi pluridimensionnel et de la particularité de son mandat. Il s’agit d’un espace unique qui est aussi un présentateur inclusif, pluriculturel, pluridisciplinaire et très queer-friendly, qui offre un programme d’accompagnement axé sur les artistes. Comme tous les lieux de diffusion et de production, la crise de la COVID a provoqué le désordre et a forcé l’équipe à repenser et reviser la «normalité» de sa programmation. Au final, on a droit à une enthousiasmante succession de propositions artistiques qui viendront stimuler le dialogue.

Le gouvernement Legault a annoncé, le mardi 28 septembre, que les bars, salles à manger, salles de spectacles et cinémas en zone rouge seraient fermés, (au moins) du 1er au 28 octobre, pour casser la deuxième vague de la COVID-19, avant qu’elle ne submerge le réseau de la santé.

Nous avons décidé de publier tout de même les articles que nous avions préparés sur ces activtés culturelles qui devaient avoir lieu.

On ne sait toutefois pas si les lieux de diffusion pourront reprogrammer ces événements après le déconfinement. Il est fortement recommander de contacter chacun des lieux ou des diffuseurs à ce moment-là...

Voici donc ce que nous propose le M.A.I. en octobre et en novembre…

Jusqu’au 24 octobre

Live in Palestine


Cette exposition réunit des œuvres performatives qui demandent au public de se pencher sur la manière dont la rencontre des corps, des actions et des images construit du sens dans des espaces géopolitiques spécifiques. Donnant à voir le travail d’artistes contemporains aussi bien émergent-es qu’établi-es qui vivent et travaillent actuellement en Palestine, Live in Palestine déploie des œuvres qui allient les pratiques performatives à l’engagement politique et aborde certaines des complexités de la vie quotidienne en Palestine occupée.  Commissariée par Anna Khimasia (Los Angeles), Stefan St-Laurent (Gatineau) et Rehab Nazzal (Bethléem), Live in Palestine a pris forme lors de la conférence Art et Résistance à l’Université de Dar al-Kalima (Bethléem). Organisée par AXENÉO7 en collaboration avec DAÏMÔN (Gatineau) et A Space Gallery (Toronto). PROJECTION VIDÉO  Entrée gratuite, place limitées – RSVP obligatoire. En anglais et en arabe avec sous-titres. Le 25 septembre 2020 à 19h30 au MAI (Montréal, arts interculturels), projection d’un programme vidéo en lien avec l’exposition Live in Palestine, en partenariat avec VidéographeAXENÉO7 et Filmlab: PalestineVISITES GUIDÉES  Entrée gratuite, place limitées – RSVP obligatoire. Durée de 45 minutes. Le 25 septembre 2020, à 16h et 17h, en français, animées par Rehab Nazzal.  Le 2 octobre 2020, à 16h et 17h, en anglais, animées par Najat Rahman.

 

  

Du 6 au 10 octobre au M.A.I.

Zom-fam ou à travers ses identités


Performance solo à la fois personnelle et politique de Kama La MackerelZOM-FAM, combine poésie, conte et danse. C’est le récit d’un-e enfant transgenre vivant sur une plantation de canne à sucre à l’île Maurice pendant les années 1980-90. Imprégnée d’une narration complexe et maniant une multitude de voix, ZOM-FAM intègre et mêle invocations ancestrales, langues maternelles, débris de langages coloniaux et une sensibilité queer et délicate, dans un contexte d’esclavage et d’engagement. Montréalais-e d’adoption Kama La Mackerel est un-e artiste pluridisciplinaire, écrivain-ne, éducateur-trice et médiateur-trice culturel-le qui vient de l’île Maurice.  Au MAI, du 6 au 10 octobre à 19h30. lamackerel.net 

  

 

Danse du 20 au 24 octobre, au M.A.I.

Sur ce chemin tu es sûre de te perdre

Sur ce chemin, tu es sûre de te perdre est un solo multidisciplinaire, entre danse, théâtre et musique, fruit de trois collaborations successives de Diana León avec des créateurs émergents (Paco Ziel, Jeremy Galdeano, Vera Kvarcakova). Leur fil directeur : la connaissance de soi, le travail nécessaire, entre pressions sociales, démons intérieurs et aspirations, pour trouver sa propre voix. Sur les compositions d’Alejandro Loredo, de Tom Jarvis et de Diana León, une puissante évocation du plaisir de trouver son propre rythme, en écho à ceux qui nous entourent et nous inspirent. Interprète et créatrice originaire de Mexico, Diana León a notamment dansé pour les Grands Ballets Canadiens.  Au MAI, en français les 20, 22 et 24 octobre 2020, et en anglais les 21 et 23 octobre 2020.

 

 

Performance/installation du 3 au 8 novembre, au M.A.I.

Sheutam, pièce-rituel et performance puissante

Installation déambulatoire et sonore créée par l’artiste interdisciplinaire Innue Soleil LaunièreSheuetam? convoque la présence d’un être bispirituel dialoguant avec le territoire et un dispositif technologique, qui se déploie continuellement pendant 5 jours. Grâce à une technologie expérimentale reposant sur des capteurs de données biométriques, la performeuse-forêt fait corps avec les êtres végétaux qui l’entourent, sa relation avec le territoire se déclinant en chant vocal, sons et images. Cette pièce-rituel puissante amplifie la présence Autochtone, déstabilisant le récit de la modernité capitaliste et coloniale, entremêlant le passé, le présent et le futur. Le public s’il le souhaite peut s’y immerger à n’importe quel moment de la journée, partir et revenir.   Au MAI, du 3 au 8 novembre, au M.A.I.   soleil-launiere.com

 

Du 17 au 21 novembre, au M.A.I.

Fragments de vie

Performance solo de la danseuse montréalaise Heather MahPomegranate revisite la vie fragmentée de sa grand-mère, à travers des récits familiaux et migratoires débutant en Chine, en 1895. Au cours de sa carrière, cette vétérane de la danse a travaillé, en tant qu’interprète, avec quelques-unes des compagnies québécoises les plus audacieuses : la Compagnie Marie Chouinard, Lucie Grégoire Danse et Le Carré des Lombes, entre autres. Psychologue et coach de mieux-être, elle danse toujours aujourd’hui, en plus d’agir comme enseignante en yoga danse, tout en appliquant des pratiques visant la promotion de la santé et de l’équilibre entre le corps et l’esprit.   Au MAI, du 17 au 21 novembre, à 19h30, au M.A.I.

La suite début janvier sera tout autant fascinante.

Évidemment, on vous en reparle prochainement…