Avant-goût d’Image + Nation 33 festival film LGBTQueer Montréal

Le couple au masculin dans tous ses états

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Image+Nation
Fugues
Photo prise par © Image+Nation
Image+Nation
Photo prise par © Image+Nation
  • Fugues
  • Fugues
  • Image+Nation

Thème de prédilection, exploré par bien des réalisateurs dont les films au masculin sont présentés en octobre dans le cadre de la 33e édition hybride d’image+nation, le couple devient l'objet d'une réflexion, d'une illustration. Et la thématique touche des créateurs variés, du Nord de la Russie, en passant par l'extrême sud du continent américain jusqu'à l'Asie. Et on n’y aborde pas tant la difficulté de s'assumer que celle de s'assumer dans des environnements conservateurs, traditionnels et surtout hostiles.

 
On ne fait pas de littérature avec des histoires heureuses, il en va de même avec le cinéma. Quoique l'amour n'ayant pas d'âge, le bonheur peut surgir passée la soixantaine comme c'est le cas dans Suk Suk (Twilight's Kiss) du réalisateur hongkongais Ray Yeung, où un chauffeur de taxi vieillissant et un retraité développent une relation amoureuse et sexuelle tout en se cachant de leur famille respective. Comment vivre cette histoire d'amour quand on a passé une grande partie de sa vie à n'avoir que des relations furtives avec des hommes. Parce que, quel que soit l'âge, on y croit encore, au couple.
 
 
Comme pour ce jeune suédois, Anton, qui sait très tôt qu'il souhaite une vie tranquille avec un son chum David connu au collège, à la campagne dans une maison au bord d'un lac. Mais au moment où il réalise son rêve, tout bascule. Les amateurs de dessins animés seront ravis puisque la réalisatrice et conceptrice de Top 3 (Topp 3), Sofie Edvardsson campe un personnage touchant, idéaliste et un brin maladroit aux goûts simples. Parfois, le couple doit surmonter de nombreux obstacles pour peut-être enfin arriver à la félicité tant désirée.
 
 
Avec The Lawyer, le réalisateur Romas Zabarauskas nous promène de la Lituanie à la Serbie. Avocat aisé de Vilnius, Marius rencontre un jeune prostitué sur internet. Les deux hommes commencent à discuter et petit à petit Éros fait son chemin. Le prostitué est un réfugié syrien du nom d'Ali qui ne peut quitter Belgrade. Marius fait alors le voyage pour vérifier la force des sentiments qu'ils éprouvent l'un pour l'autre et tenter de trouver une solution pour faire sortir Ali du camp de réfugiés et de Serbie. Mais la vie de couple peut rester au niveau du désir tant les obstacles sont insurmontables.
 
 
Dans Siberia & Him, deux hommes trentenaires, Sasha et Dima, ont eu plus jeunes des relations sexuelles. Dima a depuis épousé la sœur de Sasha. Pour prendre des nouvelles de la grand-mère de Sasha, ils se retrouvent plusieurs jours à parcourir, à pied, à cheval et en voiture le grand nord sibérien. Sur fond de paysages sublimes (à voir sur grand écran) même si austères, les deux hommes en peu de mots s'interrogent sur leur désir qu'ils ont encore l'un pour l'autre. Viatcheslav Kopturevskiy signe une œuvre personnelle où les non-dits triomphent dans un environnement profondément homophobe où il est impossible d'être soi-même et d'aimer qui on veut, à l'image de la Russie actuelle.
 
 
Mais même quand les étoiles semblent bien alignées, tout n'est toujours pas gagné. Dans un petit port de pêcheurs au sud du Chili, les liens sociaux sont très forts. Tonio revient au pays après des années à l'étranger et à Santiago. Il croise Lucas, un marin pêcheur, avec qui il débute très vite une relation amoureuse. Mais c'est sans compter sur la réaction des habitants du village, et surtout sur celles des collègues du marin pêcheur, Lucas. Les deux hommes devront prendre des décisions. Quitter le village, ce qui est difficile pour Lucas, et rester et se confronter au milieu hostile ou encore se séparer ? Voilà les questions que posent Omar Zúñiga Hidalgo avec Los Fuertes.
 
Quel que soit le pays, la situation sociale et politique pour les minorités sexuelles, ces films font état d'une certaine avancée, on ose en parler, on ose montrer l'inmontrable, mais ces amours restent encore marquées par le sceau de l'infamie. Ces réalisateurs et cette réalisatrice chacun à leur façon, avec maîtrise et talent, nous offrent un voyage dans cet univers tortueux qu’est le couple. 
  
INFOS | la programmation sera dévoilée prochainement