Deux décès dans le milieu du nightlife du Village

«Cocole» et Patrick Graveline nous ont quitté

André-Constantin Passiour
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Fugues
«Cocole», (à gauche sur la photo) de son vrai nom Raymond Piché, est décédé dernièrement à l’âge de 72 ans, l’a annoncé le personnel du bar Rocky. Par ailleurs, quelques jours plus tard, Gary Blanchard, propriétaire du club Campus nous apprenait la mort de Patrick Graveline. Les deux sont décédés d’une crise cardiaque dans leur sommeil.
 
Le bar Rocky rendait hommage de manière toute spéciale à Raymond Piché alias Cocole, le 17 septembre dernier lors d’un [email protected] Barman et gérant, Cocole était bien connu dans le milieu du nightlife gai pour sa longue carrière. Particulièrement au Rocky où, durant une douzaine d’années, on le retrouvait derrière le bar à servir les clients avec un large sourire. 
 
C’est dans la nuit du 21 août qu’a rendu l’âme Cocole. Raymond Piché a débuté sa carrière dans les années 1970, à l’époque où les bars gais étaient situés dans l’ouest du centre-ville. «Il a connu les bars comme les Ponts de Paris, le Limelight, le Jardin, etc., explique Michel Lachance, barman au Rocky. Puis, il a suivi le mouvement vers l’est, dans le Village, pour travailler, entre autres, au bar Les 2 R. Je l’ai connu à partir de 2002, il était barman à l’Idem avant qu’il ne vienne ici au Rocky.» Dans ses heures libres, Cocole était chauffeur de limousines. C’est ainsi qu’il a fait la connaissance de personnalités comme Jean Guilda ou encore la chanteuse Alys Robi qu’il a conduit à des événements et des spectacles.
 
«C’était un bon monsieur, un excellent blagueur. Il a remonté ainsi le moral a beaucoup de monde. […] Nous étions très proches tous les deux», de noter Michel Lachance. 
 
«Quelques jours avant sa mort, il s’était fait poser un nouveau «pacemaker (stimulateur cardiaque), poursuit Michel Lachance. Il devait aller voir son médecin pour voir si tout marchait bien avec le nouvel appareil, mais ce n’était pas son genre d’obéir et de consulter des docteurs. Je me suis mis à penser que s’il avait été voir le médecin comme il était supposé le faire, peut-être qu’il serait encore là…»
 
Mais d’où lui vient le surnom de Cocole? «À un certain moment, il a fait des spectacles de personnificateurs féminins, son nom de scène était «Cocole King» et le nom de Cocole est resté par la suite», ajoute Michel Lachance.
 
Patrick Graveline, (à droite sur la photo) quant à lui, est décédé dans la nuit du 10 septembre dernier. Selon nos informations, ce seraient les policiers qui l’auraient retrouvé dans son lit, son cellulaire était à côté de lui. 
 
«J’ai perdu un ami aujourd’hui que je connaissais depuis une trentaine d’années. On a fait des spectacles ensemble et on a eu du plaisir et beaucoup de bons moments ensemble et on se parlait tous les jours. Je suis assommé par cette nouvelle […] 
 
Repose en paix mon ami, frère d’amitié et confrère de travail. Sympathie pour sa famille», écrivait Gary Blanchard, le propriétaire du Campus, à peine quelques heures après la mort de Patrick Graveline.
 
Patrick Graveline, 56 ans, a été tour à tour barman de jour, gérant. Ces dernières années, il faisait la comptabilité de l’établissement ainsi qu’un peu de gérance. Patrick Greveline avait débuté au Campus il y a 30 ans en tant que danseur professionnel et danseur nu, justement, aux côtés de Gary Blanchard. «Tout le monde l’aimait, de souligner Gary. C’était mon meilleur ami. On se téléphonait très souvent et, maintenant, le téléphone ne sonne plus. […] Il va me manquer énormément.» Il y aura une soirée à la mémoire de Patrick Graveline, au Campus, la date sera connue ultérieurement.
 
Nous tenons à offrir nos plus profondes condoléances aux familles et aux proches de Patrick Graveline et de Cocole et à tout le personnel des bars Campus et Rocky.