France

Les Français très favorables à l’amplification de la lutte contre l'homophobie

Chantal Cyr , L'agence AFP
Commentaires

Une enquête réalisée pour l'association Le Refuge nous renseigne sur les attentes des Français en matière de lutte contre l’homophobie, que ce soit par l’État ou par les entreprises.

 

Ainsi ce sondage, mené pour le compte de l'association d'aide aux jeunes LGBT en difficultés Le Refuge, nous apprend que 90% des Français considèrent qu’il est important de lutter contre la banalisation des propos homophobes en France. 

L’opinion est également quasi-unanime sur une implication plus nette de l’Etat sur le plan du soutien aux programmes d’accompagnement. Pour 84% des Français, l’Etat doit soutenir la mise en place de dispositifs d’accueil spécifiques pour les jeunes rejetés par leurs parents en raison de leur homosexualité,

Sur le plan juridique, 82% des Français estiment que les propos homophobes doivent être plus sévèrement condamnés qu’aujourd’hui.

Dans un contexte de fortes réserves sur l’accueil des migrants en France, 58% des Français estiment que la France doit faciliter l’accueil des jeunes migrants persécutés dans leur pays en raison de leur homosexualité.

Signe d’une forte volonté que la lutte contre l’homophobie soit une thématique portée par des acteurs institutionnels, les attentes d’implication à leur égard se révèlent assez fortes. 

72% des Français jugent que les entreprises ne s’impliquent pas suffisamment pour lutter contre l’homophobie, un résultat qui indique le potentiel de progression qui existe encore dans la prise en compte de cette thématique par le monde professionnel, un jugement plus fortement émis par les employés et ouvriers (79%) et par les femmes (79%). 

72% des actifs considèrent également que les entreprises ne s’impliquent pas suffisamment pour lutter contre l’homophobie et notamment 76% des salariés du privé contre 68% des salariés du public. 

Seuls 52% des Français considèrent que l’Etat s’implique suffisamment pour lutter contre l’homophobie alors que 45% considèrent qu’il ne s’implique pas suffisamment (3% ne se sont pas prononcés). La part de personnes considérant que l’Etat ne s’implique pas suffisamment atteint même 52% chez les femmes, 59% chez les moins de 35 ans et 61% chez les sympathisants de la gauche.

www.lerefuge.org