Acteur

Selon Matt Bomer, son coming out a d’abord eu un impact négatif sur sa carrière

Logan Cartier
Commentaires

Dans une interview parue dans la plus récente édition du magazine gai britannique Attitude, l'acteur Matt Bomer revient sur sa sortie du placard. Il est convaincu que cela lui a couté des opportunités de carrière à Hollywood.

Celui qui a joué dans la série Americain Horror Story et dans le film Magic Mike a fait son coming out public en 2012, un an après avoir épousé son mari Simon Halls. Ils sont pères de trois enfants.

Aujourd’hui, Matt Bomer est à l’affiche du remake de The Boys in the Band que l’on peut voir sur Netflix. Produite par Ryan Murphy, il s’agit de l’adaptation d’une pièce gaie culte américaine créée dans les années 60 et que William Friedkin avait déjà adapté à l’écran en 1970. À cette occasion, l’acteur fait la une du magazine gai Attitude avec l’ensemble de la distribution. Il en profite pour revenir sur son expérience d’acteur gai à Hollywood.

 

« J’ai fait mon coming out à un moment où c’était très risqué de le faire. Un film produit par un grand studio allait sortir et une série télévisée était sur le point d’être diffusée. Mais de mon point de vue, c’était plus important d’être authentique, à la fois pour ma famille et pour moi-même», a déclaré Matt Bomer.

«Nous vivons à une époque où il y a des acteurs, des athlètes et des personnalités publiques qui sont ouvertement homosexuels et n’ont pas peur de le dire. Mais d’après ma propre expérience, il y a clairement eu un revers à cela (...). Dire que cela n’a pas eu un impact négatif sur ma carrière serait un mensonge. C’est même une réalité», poursuit-il. Cela dit, il ne regrette pas de l’avoir fait.

 

Matt Bomer revient également sur le tournage de The Boys in the Band : «C’était une expérience tellement libératrice de pouvoir raconter une histoire avec une distribution et une équipe créative gaies. Souvent, sur les plateaux de tournage, je suis la seule personne ouvertement gaie. J’ai appris à composer avec ça et à faire le travail. Mais là, c’était tellement agréable de vivre cette expérience tous ensemble et de partager, dans une compréhension mutuelle, le même état d’esprit sur ce que nous sommes et voulons être. Je pense que cela a vraiment nourri note travail ».