France – plan triennal

Le gouvernement français annonce un plan pour renforcer les droits des personnes LGBT

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Quarante-deux objectifs à atteindre d'ici à 2023: la ministre chargée de la diversité Elisabeth Moreno a présenté mercredi un plan pour l'égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT.

Ce plan 2020-2023 vise à "faire des personnes lesbiennes, gays, bi et trans des citoyennes et des citoyens à part entière", a déclaré la ministre lors d'une conférence de presse.

Marlène Schiappa devait initialement annoncer ce plan gouvernemental au printemps dernier. Le remaniement et le changement de titulaire du ministère de l'Égalité femme-homme ont retardé les choses. 

C'est donc Elisabeth Moreno, désormais en charge de ce dossier, qui va devoir piloter les 42 objectifs recouvrant 150 mesures de ce plan d'action LGBT triennal qui concerne les secteurs les plus variés (famille, école, université, travail, santé, sport...) qui va se déployer à partir de mars 2021.

Le plan gouvernemental tourne autour de trois grands axes. 

D'abord, la reconnaissance réelle et concrète des droits acquis comme l'ouverture de la PMA aux couples de femmes ou la facilitation de la filiation pour la mère "sociale" pour les enfants nés avant l'adoption de la loi.

Ensuite, permettre un accès réel au droit pour les personnes homosexuelles d'adopter alors que dans les faits très peu de couples y ont accès.

Le plan prévoit aussi de sensibiliser les professions médicales pour une meilleure prise en charge des lesbiennes, des personnes trans mais aussi des personnes vivant avec le VIH.

Le second axe du plan concerne la lutte contre la haine et la violence anti-LGBT.

"Parce qu'elles naissent dès l'enfance, les discriminations et inégalités peuvent aussi se corriger, en y mettant des moyens. (...) L'école doit donc être le premier lieu de sensibilisation et de prévention et participer à la déconstruction des stéréotypes tenaces", a déclaré Elisabeth Moreno.

La ministre prévoit ainsi, avec Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, d'"amplifier" la formation aux équipes pédagogiques et éducatives. Un site internet appelé "Eduquer contre les LGBTphobies" va être créé, afin de "donner aux enseignants des armes pour combattre l'homophobie et la transphobie, et permettre la bonne inclusion des élèves LGBT+".

Le plan prévoit également de créer des observatoires de la haine anti-LGBT et de développer un réseau de référents au niveau des commissariats, gendarmeries et au niveau judiciaire, pour une meilleure prise en compte des victimes.

Enfin, le plan veut améliorer la vie quotidienne des personnes LGBT, notamment en facilitant l'utilisation du prénom d'usage dans les documents administratifs non-officiels, donc hors carte d'identité et passeport pour les transgenres.

Un guide va aussi être élaboré "pour mieux accueillir les élèves trans(genres) dans les écoles." 

Au niveau sportif, le gouvernement veut "permettre l'inclusion dans les enceintes sportives et modifier les règlements intérieurs des clubs sportifs dans le respect de l'identité de genre".

Le plan vise par ailleurs à lutter contre les thérapies de conversion, "des pratiques abjectes et moyenâgeuses" selon la ministre, visant à changer l'orientation sexuelle des personnes LGBT. "Nous souhaitons les interdire purement et simplement", a dit Elisabeth Moreno, confirmant l'annonce faite par Malène Schiappa sur le sujet il y a quelques jours.

Tous les six mois, un point d'étape est prévu pour suivre l'application de ce plan.