Estonie

Pour le ministre de l'Intérieur estonien, les partisans du mariage gai sont hétérophobes

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Le ministre estonien de l’Intérieur a déclaré que ceux qui s’opposent à la définition du mariage comme étant uniquement l'union d'un homme et d'une femme sont des "hétérophobes". 

Ceux qui sont contre la définition du mariage comme étant uniquement réservé à l’union entre un homme et une femme sont hétérophobes, a déclaré le ministre estonien de l’intérieur avant la tenue d'un référendum sur l’égalité du mariage l'année prochaine.

Mart Helme, membre du Parti populaire anti-immigration utra-conservateur (EKRE), a déclaré que le pays «ne peut pas survivre sans enfant et sans moralité» et a déclaré que les homosexuels devraient simplement «s'en aller en Suède».

«Ils se glissent dans le lit des hétérosexuels. Ce n'est pas nous qui allont dans leur lit. S'ils peuvent faire leur propre propagande gaie, alors nous pouvons faire une autre propagande. Nous… honnêtement, nous n’avons aucune idée de quoi il parle», a poursuivi le ministre.

«C'est si clair pour tout le monde, et notre réponse est très simple. Nous sommes favorables à ce que la législation précise clairement et sans ambiguïté: le mariage est une union entre une femme et un homme, et c’est tout», a martelé Mart Helme. 

La présidente du Parti réformiste l'a appelé à démissionner, en tweetant samedi: «Même si Mart Helme démissionne, cela ne résoudra pas le problème actuel qui est que le gouvernement EKRE continuera à démanteler l'Estonie et à haïr les minorités. La solution serait un nouveau gouvernement.»

«Un ministre avec de telles vues ne convient pas au gouvernement de la République d'Estonie», a réagi pour sa part la présidente estoniennne Kersti Kaljulaid.

L'Estonie est considérée comme relativement libérale à l'égard des personnes LGBT. Elles sont légalement protégées contre la discrimination et les couples de même sexe peuvent conclure des partenariats civils depuis 2016. Les premiers mariages homosexuels conclus à l'étranger ont été récemment reconnus par des décisions de justice.