États-Unis / Présidentielle

Tiffany Trump promet un remède contre le sida et se trompe sur l'acronyme LGBT

Chantal Cyr
Commentaires

Tiffany Trump, fille du président américain, s'est ridiculisée lors d'un discours chaotique à un rassemblement "Trump Pride" - peu fréquenté - censé mettre en valeur la poltique de son père envers les LGBT.

Tiffany Trump a promis un «remède contre le sida», s'est vantée d'avoir «les meilleurs amis homosexuels», s'est trompée sur le terme LGBT et a tenté de faire passer son père pour un politique gay-frienly.

La fille moins connue du président américain a prononcé un discours décousu devant quelques dizaines de supporters à Tampa, en Floride, samedi 17 octobre.

«Je sais ce en quoi mon père croit, avant la politique, il soutenait les gais, les lesbiennes, la communauté L, G, B, Q, I, A, plus, OK», a-t-elle dit à la foule, oubliant juste la lettre T. Comme un lapsus alors que Donald Trump a réduit tout au long de son mandat les droits des personnes transgenres.

Elle a également oser affirmer sans la moindre justification: «Mon père dit qu'il y aura un remède contre le sida dans les dix prochaines années, et il y en aura un».

Tiffany Trump affirme que son père a «toujours soutenu» les personnes LGBT. Se lançant dans une attaque contre les militants LGBT qui s'opposent à son père, elle a déclaré: «Les gens, malheureusement, ce que vous voyez sur les réseaux sociaux est un tissu de mensonges... Cela me rend triste. Certains de mes amis viennent vers moi, ils racontent des histoires [et me demandent] 'Comment peux-tu soutenir ton père ? Alorsqu'on sait que tes meilleurs amis sont gays ! ' Je leur réponds 'C'est parce que mon père vous a toujours soutenus'. Il ne fait pas ça pour obtenir des voix, malheureusement, c'est ce que beaucoup d'autres politiciens font».

La jeune Trump a avoué qu'elle avait été «un peu inquiète» de l'homophobie sous les précédents présidents républicains, mais pas sous le mandat de son père.

Ce discours intervient alors que les républicains soutiennent la candidate ultra-conservatrice de Donald Trump à la Cour suprême Amy Coney Barrett, qui devrait effectivement réduire la fragile majorité de la Cour sur les droits LGBT, conduisant à des années potentielles de décisions hostiles dans des affaires imminentes sur l'égalité des droits.