Disparition

Hommage à Mario Landerman

Collaboration Spéciale
Commentaires

Les communautés 2LGBTQIA et artistiques de Montréal sont en deuil avec le départ de Mario Landerman, le vendredi 16 octobre des suites d’une longue maladie à l’âge de 54 ans.

Rédacteur-en-chef du site ZoneCulture, spécialisé dans la critique de spectacles, de théâtre, de cinéma et de livres, Mario a su élever des voix moins entendues, notamment celles de des communautés de la diversité sexuelle et d’identités de genre.

D’une grande culture, Mario s’intéressait à tout. Malgré sa surdité acquise à la suite d’un terrible accident — il a été happé par un autobus quand il était gamin, il appréciait grandement la musique,  de la pop au classique, en passant par le country et le jazz. Il lisait beaucoup et a rédigé des centaines de recensions de livres.

Mario dirigeait les destinées du site web ZoneCulture avec son complice Royal Du Perron. Ce site est devenu une référence pour les arts et la culture à Montréal et au Québec. On l’invitait partout et on le connaissait.

Il a aussi développé un intérêt pour la photo et la vidéo. Il donnait ainsi une valeur ajoutée à ses entrevues et reportages 

« Mario était un gars intelligent », déclare Daniel Chartier, le conjoint de Mario depuis 12 ans. « Il m’a appris à aimer les arts et la culture. Il me sortait dans plein de spectacles et de concerts. »

Styliste et couturier de formation, Mario était une carte de mode. Il était toujours tiré à quatre épingles, même lorsqu’il était souffrant ces derniers temps, il savait se mettre en valeur. Il fabriquait souvent ses propres vêtements. Il en faisait aussi pour des amis.

« Mario n’a pas eu une enfance facile », explique Rosaire Fontaine. « Mais il a voulu vivre à 100 pour cent. Il a réalisé ses rêves. »

« Il avait le cœur sur la main. Il était toujours prêt à aider », précise-t-il. Ses amis se rappelleront des nombreuses fois qu’il les a aidés avec leur problèmes d’ordinateurs. « Il pouvait pratiquement tout faire avec un ordinateur. »

« Ça va être dur de vivre sans lui », dire son conjoint, Daniel. « Je vais m’ennuyer de lui longtemps. » 

Mario Landerman - 6 novembre 1965 - 16 octobre 2020  

Par Denis Martin Chabot