Du 7 au 29 novembre 2020

Expo de Daniel Barkley

Yves Lafontaine
Commentaires
Fugues
Photo prise par © Daniel Barkley

En novembre,  la Galerie D’Este présentera, dans un nouvel espace temporaire situé à proximité du Musée des beaux-arts de Montréal, une dizaine d’œuvres magnifiques du célèbre peintre figuratif Daniel Barkley, inspiré par l’art classique de la Renaissance, la réalité des réfugiés, les peintures médiévales… et la nudité masculine.

«La Bacchanale m'intrigue parce qu’elle se caractérise par l'indulgence des participants pour le consumérisme», explique Daniel Barkley, en parlant d’une des plus grande toiles de son exposition. «Le beau Bacchus et sa suite de fêtards sexy arrivent de régions inconnues pour partager la célébration de la récolte. Ils chantent, dansent, mangent et boivent à l'excès sans penser au lendemain. Le demi-dieu se soucie peu des ravages de son passage tant qu'il arrive à se remplir le ventre.»
 
«Nous voyons souvent des images de réfugiés dans les médias, en particulier ceux qui 
voyagent par eau sur des bateaux de fortune, enveloppés dans des couvertures d'urgence dorées. Si vous portez cette couverture, c’est probablement le pire jour de votre vie. Les artistes ont longtemps utilisé l'or pour faire allusion à son lien avec la richesse, la beauté et le divin. Le contraste entre la situation difficile des réfugiés et la beauté séduisante du tissu en plastique réfléchissant doré m’a attiré vers ce sujet.»
 
«Dans les peintures médiévales d'exorcismes, une petite figure rouge ou noire représentant un esprit ou un démon maléfique émerge de la bouche de la personne possédée. Dans mes peintures, le démon d'or représente notre moi le mieux réalisé et le comportement calme de cette créature contraste avec l'agitation de l'hôte. Je crois que la personne que nous voulons être existe littéralement à l'intérieur; nous devons nous efforcer de nous réaliser et de vivre ouvertement.»  6  
 
INFOS | Dans l’espace temporaire de la Galerie D’Este, située au 1460, rue Sherbrooke Ouest, à proximité du Musée des beaux-arts de Montréal.
T. 514-846-1515