États-Unis

Le futur président américain veut restaurer les droits et donner aux personnes LGBT l’égalité

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires
Photo prise par © Advocate

Joe Biden, qui a affiché des positions pro-LGBT tout au long de sa campagne, a battu Donald Trump et deviendra bientôt le 46e président des États-Unis.

La victoire de Joe Biden a donné lieu à des scènes de liesse dans les grandes villes américaines, où l’on a pu voir flotter de nombreux drapeaux arc-en-ciel. Un soutien auquel le président élu a rendu hommage dans son discours, en mentionnant les "gays, straight et trans" parmi la coalition qui l’a porté au pouvoir. 

Alors que les droits des personnes LGBT, en particulier ceux des personnes trans, ont été attaqués au long des quatre longues années de l'administration Trump, le président élu Joe Biden veut les restaurer et même les augmenter.

Le plan d'action Joe Biden en faveur des LGBT prévoit essentiellement une loi anti-discrimination, l'Equality Act.

 La moitié des États américains n'ayant pas de protection des droits civils, il s'est engagé à plusieurs reprises à mettre en place une législation en ce sens dans les 100 premiers jours de son mandat de président pour protéger les personnes LGBT de la discrimination dans les domaines de l'emploi, de l'éducation et du logement notamment.

Il s'est par ailleurs engagé à rendre l'administration plus représentative de l'Amérique - et cela inclut les personnes LGBT.

Biden a promis de faire plus pour soutenir les jeunes LGBT en rupture familiale et d'améliorer l'accessibilité des campus et des installations scolaires pour les adolescents trans.

Il prévoit aussi de revenir sur l'interdiction décidée par Trump de permettre aux personnes trans de servir dans l'armée.

D'autres engagements de campagne vont de l'élargissement de l'accès à des soins de santé de qualité à l'assurance que les personnes LGBT soient traitées équitablement dans le système de justice.

Biden s'est également engagé à soutenir l'avancée des droits LGBT dans le monde.

La communauté LGBT américaine devrait donc connaître une période plus favorable pendant les quatre années à venir avec un président qui a été le premier à soutenir le mariage gay sous le mandat de Barack Obama, lui-même plus réticent au départ que son vice-président de l'époque.

Équipe de rédaction avec l'AFP